1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

RETOUR PAGE PUPILLE DE LA NATION

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

- Album Mon Oncle Désiré -
précédente                            RETOUR PAGE ALBUM ONCLE DESIRE                        suivante

1917 - Décembre   :  Le quatrième hiver commence,  Courrier de famille et extrait du Journal des Marches et Opérations (J.M.O.) du 335ème RI, Avancées technologiques (téléphonie - moteurs à gaz - voiture à hélice), catastrophe ferroviaire du 12 décembre 1917 (700 morts !)

1917_12_Poilu_sous_Neige_Site_Papy_Louis 1917_12_Illustration_H_Site_Papy_Louis
Ci-dessus : Quel contraste entre la réalité des faits (à gauche) et les discussions de salon ! Heureusement que les poilus ne lisaient pas tous ces billets . (mais il est vrai que l'on doit pouvoir rire de tout, c'est du moins ce que l'on dit plus volontiers quand on est du bon côté...)


A gauche : la réalité, quatrième année à souffrir, après la boue, la neige : les pieds gelés (au sens propre) . Désiré parle du froid et de la neige dans les courriers ci-dessous .... avec beaucoup de courage pour  ne pas inquiéter la famille, bien-sûr !

Courrier des deux frères (encore survivants, le troisième, père de Papy-Louis, est parti en octobre 1914) :

1917_12_01_Carte_postale_Site_Papy_Louis
1917_12_01_Carte_postale_Site_Papy_Louis

Samedi 1 Décembre 1917

Chère Jeanne,

Je t'envoie cette carte, tu reconnaîtras celui qui me l'a donnée. 

J'ai reçu ta lettre hier, je vois que tu est bien occupée de ce temps là et aujourd'hui encore.

Je te remercie de bien vouloir me faire goûter au travail à l'oncle Adolphe, je sais qu'il a la main bonne, mais c'est ma montre qui me fera plaisir, elle va arriver tard car les betteraves s'avancent, mais j'en aurai encore besoin, c'est une grande compagnie que l'on consulte souvent le jour, puis pour partir au travail, lorsqu'on est à la minute comme ici, tu te ne figures pas ce que c'est gênant pour la quitter, les flemmards ne se trompent pas, ils arrivent juste à l'heure. 

Depuis que le caporal nous a quittés, celle de Godard est arrêtée et en réparation, on ne sait comment on …. 

Ce matin on a demandé l'heure aux Boches, il était 3h15, demain il ira la chercher et si la mienne se décide à venir on sera mieux si elle n'es pas partie. 

Je t'embrasse et te souhaite bon courage. 

Ton mari Réné.

René à son épouse




D'autres cartes postales sur ce site sont des photos des soldats pendant le conflit. Il est a supposer que des photographes prenaient des clichés pour les proposer en cartes postales du commerce.

René fait référence à un cousin de son épouse qui doit être comme lui au service d'encadrement des prisonniers allemands.

Le contenu est un peu obscur, néanmoins on voit toue l'importance d'un objet personnel pour garder un contact physique. De plus une montre c'est le symbole du temps qui passe et donc de l'espoir !



1917_12_10_Courrier_Site_Papy_Louis

Lundi 10 Décembre 1917

Cher frère

J'ai reçu hier ta lettre du 6 Xbre qui me fit bien plaisir. Je suis heureux de te savoir en parfaite santé, c'est toujours une chose à estimer. 

Quant à moi, je n'ai …. maintenant je ne souffre plus, l'appétit ne me fait pas défaut et comme il t'a été dit j'ai repris un peu de mine, j'en avais besoin et fais ce qui est possible dans ce sens. 

J'ai quitté la place de cycliste qui n'était que momentanée bien entendu. Je l'ai fait sans regret car c'est assez lourd à cette saison surtout quand le régiment est en ligne, il y a plus de chemin à faire. 

Quant à l'affaire que cette place devait me faire couper, elle n'a pas eu lieu aussi bon pour tous. 

Il me semble que tu commences à t'habituer …. un peu avec les Alb… travaux au dehors vont se terminer, la surveillance sera plus facile bien que vos responsabilités deviennent plus grandes, les patrons ne sont pas plus chics avec leurs procédés de …. 

Il faut suivant l’expression courante que ce soit la guerre car s'il reste à ces gens-là un peu de respect et de considération, cela devrait aller à leurs compatriotes de préférence. 

La grande (geguerre) n'a rien changé au temps de paix exploitants et exploités existent toujours. Quand donc sortirons-nous de l'impasse ?

Comme je l'ai déjà dit, la santé se maintient, j'ai repris ma place que je troquerais bien pour une autre meilleure sans plus tarder. Mais comme j'en ai pas le choix, il faut attendre ce moment que je souhaite prochain.

La gelée a fait son apparition, ce qui gène parfois … Je termine en te souhaitant le bonjour, une bonne santé, bon courage et meilleures amitiés. En attendant le plaisir de te lire bientôt.

D.Milon Signaleur au 6è Bon 335 Regt … (Secteur postal)156

Courrier de Désiré à René (frères)









Heureusement que le courrier postal fonctionne relativement bien. Sans cela on peut imaginer que le moral des troupes n'aurait pas pu être le même !

Quel courage, après avoir intoxiqué il y a un mois, remis sur le front pour faire l'estafette vélocipédiste dans la boue entre les lignes arrières et le front !!!




Une énigme ... il est vrai qu'ils s'écrivaient quelquefois à demis-mots à cause de censure.


Alors qu'il savait son frère bien plus à l'abri que lui, aucune jalousie ne transpire, au contraire !


Désiré était un fervent défenseur de notre devise !







On peut le comprendre quand on lit les péripéties et durs combats relatés dans les journaux de marches.
1917_12_22_Courrier_Site_Papy_Louis

Samedi 22 Décembre 1917

Cher frère

Je viens de recevoir aujourd’hui ta lettre du 19 Xbre. Il me reste à te remercier beaucoup des bonnes nouvelles que tu me donnes. 

Je suis très heureux de pouvoir t'assurer que je suis de même aussi . 

Je ne veux pas tarder de plus avant de te faire réponse. J'ai des nouvelles de la Monnaie dernièrement, la santé se maintient bonne aussi. ...




...Quant à la question de ma propre permission, je la place plutôt au 15 janvier qu'au 1er. 

Je ne suis pas fixé suffisamment pour le moment pour te dire au juste. 

Sitôt je le pourrais, je le ferai. Maintenant pour se trouver, voilà, notre gare régulatrice est Vaires-Torcy. Passe-t-on à Juvisy, je ne sais pas. Je trouve bien ta gare après Corbeil mais je ne vois pas sur la carte Vaires-Torcy. En prenant Juvisy Montargis passant par Corbeil là il y a un embranchement pour Pithiviers, l'autre pour Montargis et Mennecy se trouve la 2ème gare après Corbeil, cela je le vois. Je vais prendre tous les renseignements utiles au sujet de la permission et du voyage et te renseignerai dès à peu près dès que je le pourrai. 

Tu dis que la neige est tombée chez toi, il en est de même ici et il ne faut pas chaud, je t'assure. Nous sommes à peu près tranquilles pour l'heure c'est bien notre tour depuis le 4 novembre aussi on en profite.

Après la place de cycliste, j'ai repris mon truc qui vaut bien la première. Quant à la santé je ne me plains pas, elle est aussi bonne. … 

Je vois que ton métier va à part le froid qui fait souffrir partout. 

Je termine en te souhaitant le bonjour, une bonne santé, bon courage en attendant le plaisir de te lire et celui de te voir, reçois les meilleures amitiés d'un frère

D.Milon Signaleur 6ème Bataillon 335ème Régiment Secteur postal 156

Lettre Désiré à René (frère)








Rassurer, toujours donner des nouvelles encourageantes !










Les permissions étaient attendues mais toujours incertaines malgré les efforts faits dans ce domaine après les mutineries de 1917.






Difficile d'imaginer les difficultés, non seulement des déplacements proprement dits mais pour obtenir les informations ! Pas d'internet ! même pas de cartes ... Je suppose qu'il profitait d'un quartier libre pour aller à la petite gare la plus proche !

























Parler de tranquillité quand on lit le détail des journées dans le journal des marches !



Quel courage ...

haut

Journal des marches et opérations Décembre 1917 (mémoire des hommes)                      Pourrions-nous écrire ce qu'il relate pour rassurer ci-dessus en vivant ce qui est décrit ici :
JMO_Memoire_des_H_extraits

3 Décembre

A 21 h un détachement du 30(3)è R.I. (un officier et 60 hommes) tente un coup de main sur la tranchée allemande de Gallipoli. CE détachement, parti de la tranchée Légion, soutenu seulement par les feux e nos mitrailleuses, est arrêtée devant les fils de fer ennemis par les fusils et les mitrailleuses allemands et est obligé de se replier sans avoir pu aborder la tranchée qu'il s'était donné pour objectif. Aucune réaction d'artillerie.

JMO_Memoire_des_H_extraits

10 Décembre 

De 17h à 20h tirs à obus toxiques par nos batteries, très faible réaction ennemie.

JMO_Memoire_des_H_extraits

14 Décembre 

Vers 11 h rafale violente d'obus explosifs sur le Bois-Sacré et Centre Lambert puis rafale d'obus toxiques - Un intoxiqué : M.L (CHR) .

15 Décembre Même situation, Mêmes cantonnements.

16 Décembre 

Tir de harcèlement (*) sur le Bois-Sacré – Un intoxiqué G.E. (15è). Obus toxiques – Principalement de 13h à 15h.

17 Décembre Même situation, Mêmes cantonnements.

18 Décembre 

Dans la matinée, un obus atteint l'observatoire Olive et tue le soldat R. De midi à 16h30 bombardement intense et continu du Bois-Sacré et abords.

19 Décembre Relève du 335ème par le 334è dans le …

JMO_Memoire_des_H_extraits

28 Décembre 

Dans la soirée, le 335ème relève le 303 R.I. dans le sous-secteur du Mont-Sans-Nom. Relève terminée vers 22h. Dispositif des unités :

Quartier Zouaves 6è Bataillon (21è à droite, 22è à gauche 23è en réserve) 4è C.M

JMO_Memoire_des_H_extraits

31 Décembre 

Artillerie plus active de part et d'autre Obus toxique : un intoxiqué.

(*) - Tir de harcèlement : Tir incessant destiné à ne laisser aucun répit à l'ennemi.

Téléphonie en 1917 aux Etats-Unis                                      
(Source l'Illustration - Collection personnelle)
1917_12_Open_space_Site_Papy_Louis 1917_12_Telephone_a_pieces 1917_12_Telephone_main_libre
On pensait que l'Open-space et les hot-lines étaient synonymes de XXIème siècle ! Que la cabine à pièce datait
de 1960 ou 1970
Ingénieux "main-libre" (à quoi servent les amplis et bleuetooth ) ;-)
Pour information , le système supportant le combiné entier, je l'ai connu en usine en 1970

Progrès automobiles
1917_12_Moto_Gaz_Site_Papy_Louis
MOTOCYCLETTE A GAZ
Helica_1914_1918_Site_Papy_Louis
HELICA (voiture à hélice)
Les périodes de conflits ont toujours été des moments pendant lesquels de
grandes avancées techniques ont existé.

Les anglais ont été les premiers à adapter au gaz d'éclairage les moteurs
conçus pour fonctionner à l'essence.

Le réservoir ne devant pas déséquilibrer la moto, il était toilé.
Je ne me serais pas senti très en sécurité, surtout en cas de collision latérale !
Mue par l'hélice, avec roue directrice à l'arrière (les modèles postérieurs à 1919 en possédaient deux)

Ce véhicule, construit juste avant la guerre accompagna Leyat au front, on peut lire sur la fenêtre :

1er régiment d'artillerie, 42 ème bataillon, groupe de 120

voir les pages consacrées à l'Hélica (voiture possédée par mon grand-oncle en 1919

La catastrophe ferroviaire du 12 décembre 1917
(700 à 1000 morts ! ... )

1917_12_12_accident_ferroviaire
image source inconnue (probablement capture du reportage d'époque) - diffusion Fr3
Noël approche (12 décembre 1917) et plus d'un millier de poilus reviennent en permission.
Un long (trop ?) et lourd (trop?) convoi achemine ces enfants, maris ou pères vers leurs familles respectives. Beaucoup dorment, il est déjà près de 23 h et dans la longue descente de près de 20 km entre Modane et Saint Michel de Maurienne, les freins, trop chauds, ne répondent plus. La locomotive se détache , percute un rocher puis, tous les wagons viennent s'encastrer les uns dans les autres.
En quelques secondes, du lourd convoi de plusieurs centaines de tonnes et de 1200 hommes,  il ne reste qu'un amas de ferraille, de bois qui brûle, que des blessés et des morts. 
Officiellement, il sera annoncé le nombre de 400 morts mais les calculs ultérieurs furent plus pessimistes, près d'un millier et, parmi tous ces soldats qui n'allaient pas fêter Noël, 128 ne furent pas identifiés...
Combien de familles n'ont donc jamais su si "leur" poilu était décédé au combat (disparu, comme il était de mise de déclarer) ou dans cet accident, le plus meurtrier de l'histoire ferroviaire française.
Il semblerait que le conducteur ne voulait pas partir et qu'il y aurait été contraint.
Bien sûr le seul responsable au sortir des procès après guerre fut "la guerre"...
Petite vidéo explicative :
- déroulement des faits,
- explications,
- les (non) responsabilités et
- le devoir de mémoire en ce centenaire.

Source : compilation d'extraits de journaux France 3 - merci.




haut

cultures alternatives