1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

RETOUR PAGE PUPILLE DE LA NATION

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

- Album Mon Oncle Désiré -
précédente                            RETOUR PAGE ALBUM ONCLE DESIRE                        suivante


Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE     Retour page index CENTENAIRE
Cette page appartient aux rubriques mensuelles portant sur le thème du 
CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE 1914 - 1918
Vous  pouvez naviguer dans l'album en cours
 ou remonter la hiérarchie des thèmes ou aller à la page du sommaire centenaire
ou encore aller directement consulter un mois de la grande guerre dans le tableau ci-dessous.
Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE    Retour page index CENTENAIRE
1914 Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1915 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1916 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1917 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1918 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre

Novembre 1916

Extrait d'un parcours de CVAX (novembre 1916 - voir intégralité) 

Retour le 19 novembre. Pendant ce temps, les avions boches venaient nous rendre visite toutes les fois que la nuit était claire. Ils firent sauter un fort dépôt de munitions à Cérisous y et à la gare de Longand. Nous fûmes arrêtés à plusieurs reprises pour ne pas être bombardés en revenant de permission.

Le 10 , dans l’après midi, Guynemer abattit un avion boche auprès de notre cantonnement.

5 ou 6 jours après, je rentrais à la caserne, mettre un peu d’ordre au dépôt de ma section qui était privée de gradé depuis quelques semaines. Le 22 , nous quittions le bois Pierrette pour occuper le camp 101 (sale bivouac) Il fallait doubler les attelages pour sortir les voitures. Le 26, visite du Colonel. Réception burlesque de la part du Capitaine. Toujours pagaille infernale.

Le 28 novembre, je retournais à mon détachement au ravin de Morcourt. Cinq gros obus tombés à proximité de bivouac. Fatigue générale des chevaux, surveillance générale des convois pour les sous officiers, nuit noire. Charrettes versées et chevaux restés dans les trous d’obus : voilà quelle était la vie.

HAUT DE PAGE
Le 30, rencontre de mon frère à Cappy .
-----------------------
Désiré :

Encore du côté de Nancy - incroyable ce courrier qui ne laisse rien montrer de la pénibilité de sa situation
1916_11_28_courrier_site_papy_louis
Depuis la région de Nancy le 28 novembre 1916

Il écrit à son frère et sa belle soeur car il sait son frère en permission.

Il ne le jalouse pas bien au contraire mais il attend la sienne pour ... peut-être janvier de l'année prochaine !!  

Incroyable cette nourriture et en particulier poulet et beurre qui ont fait ce voyage grâce à un permissionnaire !
Il dit qu'il en a perdu le goût ....  pas étonnant,
Ce n'est certainement pas la gamelle de la cuisine roulante qui devait li entretenir le palais !

Et c'est lui qui termine en souahitant "bon courage" !
Partager un colis avec les frères d'arme.
1916_11_repas
André :

1916_11_extrait_JMO_64_RI
André est à VERDUN
et plus précisément à DOUAUMONT

Je vous épargne les autres journées qui sont à l'image de celles-ci ... Un carnage ! Comment peut-on en revenir et comment peut-on en revenir avec sa tête !

Voir dans la journée du 24 "journée relativement calme" et juste en dessous " 21 tués, 45 blessés et 7 disparus" (on sait ce que disparu veut dire...  !

ou encore

le 27 : Bombardements "habituels" ... On s'habitue donc ?
1916_11_extrait_JMO_64_RI Je me permets de retranscrire quelques paragraphes puisqu'ils correspondent exactement à ce qu'a eu à faire André, alors brancardier :

"La période pendant laquelle le régiment est resté en tranchées a été particulièrement dur, l'effort physique fourni par les hommes a été considérable.

Le terrain bombardé en permanence consistait en immenses trous de marmites presque jointifs, remplis d'eau et de cadavres, pas de boyaux, quelques planches formant piste que l'homme doit suivre avec la plus grande attention.
Le moindre faux pas le jettant dans un trou de marmite où ils s'enlisent irrémédiablement.

Le service des porteurs d'ordres, des brancardiers a été particulièrement pénible et périlleux.
À aucun moment il n'a présenté la moindre défaillance."
Citation_Andre





haut
cultures alternatives