1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

RETOUR PAGE PUPILLE DE LA NATION

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

Mon Oncle Désiré  1881 - 1918
( tué à l'ennemi,
comme le veut l'expression consacrée )

Mon oncle Désiré  croix de guerre

Né en 1881, Désiré était le deuxième de la fratrie de trois garçons d'une famille d'agriculteurs. Il travaille alors dans l'exploitation familiale et les jours s'écoulent paisiblement. Pour exemple, le "retour de noces" probable de son frère aîné (il a 17 ans en bout de table).
Mon oncle Désiré
1900 - Avoir vingt ans à la naissance d'un siècle : le bel âge au bon moment. Le service militaire : un passage obligatoire mais aussi une période importante, en milieu rural . C'est l'occasion de voyager, la deuxième étape de la vie, après l'école, qui permet de rencontrer des jeunes gens issus de différents milieux. Même si le service est long, les conditions souvent difficiles et plus tard les périodes trop fréquentes et dures (marches, manoeuvres ...) et même si 1870 n'est pas effacé des mémoires, on n'imagine pas la guerre si proche, le service est donc assez bien accepté par les conscrits.

Entre 1901 et 1914, les périodes militaires étaient fréquentes et il me reste quelques cartes envoyées par lui et mon père, très souvent du "Camp du Ruchard" en Indre et Loire.
       
brouette
1913 - Désiré m'a fabriqué une jolie brouette en bois et mon père lui fait part, dans la carte postale ci-contre, de mes premiers tours de roue.... La guerre n'est pas encore à l'horizon et la vie semble si paisible dans la famille; malheureusement, cela ne durera pas.

Puis, la guerre arrive et Désiré est mobilisé au mois d'Août dans le 335ème régiment d'infanterie : il s'agissait du même régiment que celui auquel appartenait mon père à Angers, mais, comme il faisait partie de la réserve (né en 1881) les régiments reprenaient le même numéro + 200 (135+200 = 335).

lettre du 30 Octobre 1914

Lettre du 30 octobre 1914 que mon oncle Désiré a envoyée à son frère René (plus vieux et pas encore mobilisé, il le sera plus tard) alors que leur frère commun (mon père) est déjà décédé. Le contenu de la lettre laisse à penser que lui sait déjà et feint de ne pas savoir ou au moins à peu d'espoir pour son frère "il préfère  charger son frère de souhaiter le bonjour à sa belle sœur et son neveu (moi)" ...
On peut également noter dans cette lettre :
- des cultures qui se font entre les lignes de front ....
- le souci de dire à leur famille, ce qui durera toute la guerre, qu'ils vont ...bien !
 lettre_081214tricots  Lettre du 08 décembre 1914 : l'hiver est là. On ne parle pas encore de fraternisation comme dans le film "Joyeux Noël". Les vêtements chauds envoyés par les familles sont les bienvenus. Toutefois, il ne faut pas trop alourdir le sac à dos du poilu.
On prendra connaissance, dans cette lettre, des combats sur la ville de Metz, de l'importance de la reprise de l'Alsace aux Allemands et des nouvelles venues d'Italie. Malgré ses origines rurales, mon oncle très lucide par rapport à l'intoxication faite par les médias de l'époque et à  la censure qui leur est imposée. Il est bien conscient du pourrissement probable du conflit, dès ce troisième mois de guerre.
 lettre du 13 decembre 1914  Lettre du 13 décembre 1914 : le courrier joue un rôle important dans la conservation du moral, aussi bien au front que dans les familles. On s'aperçoit que quelquefois, les poilus sont au courant très tôt des nouvelles de leur village et de leur famille; il faut dire que ces nouvelles, ils les reçoivent par l'intermédiaire de leurs camarades d'infortune croisés lors les mouvements de troupes ou simplement par ceux qui constituent les mêmes régiments qu'eux et qui sont également originaires des mêmes contrées.
Désiré dit et redit à son frère plus âgé de faire tout ce qu'il peut pour essayer d'être exempté. Il sait, lui ce qu'il risque de connaître et il ne le veut pas pour son frère. On commence à parler de longues listes de poilus décédés, de carnage et de grandes difficultés dans les identifications. Je suppose qu'il avait dû être tenté un rapatriement du corps de mon père mais celui-ci n'a pas eu lieu; je n'en sais pas plus. Le médecin que mon oncle cite était un spécialiste que mon père avait consulté avant la guerre, c'est lui qui a rapporté à ma mère les quelques effets personnels et le petit carnet relatant ses derniers déplacements.
 lettre du 27 décembre 1914  Lettre du 27 décembre 1914 : Les colis envoyés aux poilus sont si nombreux qu'il faut des trains entiers pour les acheminer... Le moral semble bon; c'est du moins ce que les poilus veulent faire entendre aux familles.
Cela fait maintenant trois mois, jour pour jour, que Louis, mon père a été mortellement blessé. Désiré a enfin pu écrire à sa belle soeur (ma mère) depuis la mort de mon père. Je suppose qu'il ne savait pas comment exprimer sa "honte" d'être en vie.(carte ci-dessous)
Le temps est froid, il neige, il gèle : Désiré dit simplement que ce n'est pas une vie "rêvée". Il n'oublie pas de souhaiter une meilleure année à son frère et sa belle soeur.
 secteur d'activité fin 1914  Secteur d'activité en ce dernier trimestre 1914. 25 kilomètres de Metz, sur des terres reprises à l'ennemi, le canon tonne.
 Au front 1914  Photo carte postale (Désiré est complètement à droite au premier plan et debout) 335 ème régiment d'infanterie (135ème rappelé = 135 + 200)
Probablement le premier contact après le décès de mon père, la carte a du être envoyée le 26 décembre 1914, le petit Louis, le neveu, c'est de moi dont il parle; je suppose qu'il fait allusion à lapériode suivant le décès, lorsqu'il demande si je vais mieux.
courrier_du_front  Quelques précisons sur le courrier et la censure de rigueur.
correspondances   Différentes carte-lettres et voeux . Décembre 1915.
La vie au front   1916 - Passages du 335ème RI sur le théatre de Verdun. La "sur"vie dans les tranchées.
   Interview télévisée (TF1) sur le centenaire de Verdun 19 février 2016 - François (petit neveu et webmestre)
correspondances 1916  1916 - Juin - Verdun et la Lorraine (correspondances)
humour presse  1916 - Aout - Toujours Verdun  - La presse, l'humour et l'art.
Correspondances octobre 1916  1916 - Octobre (correspondances) La vie (des nouvelles de papay-Louis qui rentre à l'école) ... l'attente de la fin du conflit en passant entre les gouttes, Bizerte, etc...
correspondance janvier 1917   1917 - Janvier (correspondances) Il fait très froid en ce mois de janvier 1917 et les poilus souffrent au front. Les femmes seules, à l'arrière tentent, tant bien que mal, d'assurer le quotidien de leur ferme. Les enfants aussi ont froid sur le chemin de l'école.. Malgré cela, les échanges de correspondances permettent de réchauffer le coeur et de ne pas perdre espoir. Ils font tous preuve d'une force remarquable !
courrier fevrier 1917   1917 - Février (correspondances)   Le froid continue en ce mois de février, les poilus n'en peuvent plus, les femmes, à l'arrière tentent d'entretenir les exploitations agricoles afin qu'elles se maintiennent mais les graines et les plants gèlent. la taxe sur le beurre est instaurée, les restrictions se multiplient...
Tournant 1917  La presse en février 1917 - Une page sur le "Tournant de la guerre " L'entrée des Etats-Unis est imminente, le blocus maritime, l'industrialisation à outrance et bien d'autres choses encore.
correspondance mars 1917 Site Papy Louis  1917 - Mars - Des nouvelles des deux blocs (l'Amérique qui se tient prête à intervenir, la Russie en pleine toumente de changement de régime) et le courrier du front de nos soldats qui s'impatientent ....
Blocus allemand 1917 - Avril - Le blocus maritime allemand,  l'entrée en guerre des Etats-unis aux côtés des alliés, le début de l'offensive du "Le Chemin des Dames". En Russie, les souverains sont arrêtés et Lenine rentre à Pétrograd. 
Mission_F_USA_1917  1917 - Mai - Les échanges entre frères et soeurs, du front à la famille. La mission française aux Etats-Unis, Les mutineries, les grèves,
1917 debarquement américain  1917 - Juin - Courriers - échanges famille : Grèves, la censure, Anastasie, le Canard enchaîné,
  Le débarquement des Américains etc ....
Juillet 1917 A proximité de Verdun   1917 - Juillet - Courrier de famille,
  Extraits du JMO17 (journal des marches et opérations)  Les Américains arrivent sur le terrain,
  Nouvelles du monde  (Fatima, La Russie etc...)
Aout 1917 Rubrique centenaire 14_18   1917 - Août - Courrier de famille,
  Extraits du JMO17 (journal des marches et opérations)
  Le Gaz moutarde et ses effets
  La nouvelle bataille de Verdun / Nouvelles du monde
 lettre radio  1917 - Septembre - Courrier de famille, effets du gaz moutarde
  Explications détaillées de la fabrication artisanale d'un poste de T.S.F. à Galène (par mon grand-oncle)
  Hommage à Georges Guynemer abattu un 11 septembre ! Depuis le front, Désiré explique à son frère en permission comment réaliser un poste à galène.
objets réalisés au front  objets réalisés au front
 Les journées et les nuits sont longues. De plus il faut tromper l'angoisse et la peur. Confectionner des objets-souvenirs est donc une occupation favorite des poilus. Ici, un briquet à mèche d'amadou et une feuille transparente.

Superbe feuille datée de 1916 et mentionnant "souvenir de Lorraine" avec la petite colombe qui transporte le "courrier souvenir". 
Ses derniers instants
Le théatre de ses derniers instants : le 06 avril 1918, près d'Amiens dans la Somme.
Le Bois Sénécat
Découvrez un extrait de l'historique du 335ème, pendant ces journées  historique du 335
tué à l'ennemi Sa fiche militaire faisant mention de "tué à l'ennemi", c'est sa dernière trace... et encore, cette fiche a supporté un rectificatif concernant la commune du décès, probablement dû à la plaque retrouvée par un cultivateur ou un promeneur comme pour beaucoup.
Médailles militaires
La médaille militaire, la croix de guerre, le certificat les accompagnant et la tombe du soldat inconnu : tout ce que la famille possède pour faire son deuil.
Médaille Militaire certificat médaille militaire 
Vous pouvez ici, voir les détails des médailles (médaille militaire et croix de guerre) ainsi que le certificat les accompagnant.
Louvrechy 90 ans après, sur le lieu des hostilités et des derniers instants de mon Oncle Désiré, mort pour la France.

D'autres Poilus tomberont de la même façon jusqu'à l'armistice (témoignage de Martine lors du reportage TF1 sur les souvenirs familiaux) PAGE HOMMAGE.


HAUT DE PAGE

cultures alternatives