1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

RETOUR PAGE PUPILLE DE LA NATION

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

- Album Mon Oncle Désiré -
précédente                            RETOUR PAGE ALBUM ONCLE DESIRE                        suivante

1916 - Août  :  Verdun  et ses alentours

Mes deux grands oncles, André et Désiré, bien qu'appartenant à des régiments différents suivirent à peu près le même chemin en 1916 : La Lorraine et Verdun.
Ils ont fait la Somme en 1914 et y retourneront pour la deuxième grande bataille!


A croire que les milliers d'obus ont préservé quelques symboles, (ci-dessous à Avocourt et une église de la Somme) ...
Croix d'Avocourt
Verdun et ses alentours, ici, La Croix d'Avocourt . Le village avait été pilonné par l'artillerie allemande lors du déclenchement de la bataile de Verdun , le 21 février 1916.
 (source Illustration Aout 1916)

André y continue son travail de brancardier. Il y restera jusqu'à la reprise du fort de Douaumont.

Suite à l'enfer de Verdun (Froideterre, Fleury, Douaumont, Tavannes, Moulainville), Désiré a rejoint les secteurs de Lorraine puis d'Arracourt et de Bezanges (il est difficile de le suivre car ses courriers ne font pas état des lieux pour éviter la censure).
La presse, malgré une bataille acharnée qui dure depuis le mois de février, montre un optimisme bienveillant (comme si "l'extrême violence des attaques" et les "fortes pertes" étaient unilatérales !)....

Devant VERDUN (source Illustration Aout 1916) :
Dans la soirée du 18, la Allemands ont vainement tenté, par deux fois, des attaques à la grenade contre le réduit d'Avocourt et la cote 304. Ce fut le seul événement sur la rive gauche de la Meuse. Sur la rive droite, au contraire, chaque jour a vu quelque combat pour la possession de Fleury.
Le 17, les Allemands étaient chassés de la partie du village qu'ils occupaient encore, ne gardant que quelques ruines à l'Est, dont ils furent chassés le lendemain. Il a fallu enlever un à un des amas de décombres et repousser deux contre-attaques menées avec acharnement.
Dans la nuit du 19 au 20, après un bombardement prolongé, l'ennemi tentait l'assaut avec une extrême violence; il dû se retirer ayant subi de fortes pertes.
Le 20, au soir, il revenait à la charge et se faisant précéder de liquides enflammés. son échec ne fut pas moins complet.
De notre côté, des attaques vers Thiaumont nous ont valu - le 18 - la prise de eux redoutes que les Allemands ne purent reprendre. Nous avons également progressé à travers le bois du Chapitre, dans la direction du fort de Vaux. 
 Christ_Somme
Spectacle de désolation au retour dans La Somme : Christ en ruines ! La première bataille de la Somme, au début de la guerre, avaient rajouté des stigmates au Christ qui reste (encore à cette période) accroché miraculeusement.

(source Illustration Aout 1916 - source des armées)


Toujours et encore, en essayant de montrer les combats comme des progressions, on lit à travers les lignes que les quelques "trophées" arrachés ont dû l'être au prix de nombreuses vies et que tout ce travail n'aboutit qu'au retour aux positions des jours précédents !...

LA GUERRE en PICARDIE eet ARTOIS 107 ème semaine (17-23 aout 1916) (source Illustration Aout 1916) :
LE FRONT FRANCAIS - La lutte s'est concentrée vers Maurepas  et Guillemont, où nos troupes opèrent en liaison avc les Anglais. Le village de Maurepas, en grande partie occupé par nous la semaine précédente, avait été l'objet de vives tentatives de la part des Allemands. Le 18, nous avons repris l'offensive et enlevé le quartier Nord du village par un assaut qui a fait tomber 200 prisonniers en notre pouvoir. La nuit suivante, l'ennemi a lancé, à diverses reprises, des contre-attaques, depuis Maurepas jusqu'à la Somme vers Cléry. Les mitrailleuses et l'habileté de nos grenadiers ont brisé tous ces efforts ; l'ennemi put seulement occuper un élément de tranchée, qui fut repris dans la matinée du 19. Ce succès se pousuivit le lendemain par l'enlèvement d'un petit bois entre Maurepas et Guillement.
Le communiqué n'a pas baucoup insité sur cet avantage, cependant important par les trophées recueillis: un nombreux matériel, notamment huit pièces de 77 - canons de campagne - a été le fruit de cette opération, suivie par un duel d'artillerie.
Une autre canonnade, engagée le 22, au sud de la boucle de la Somme, vers Belloy-en Santerre et Estrées, a précédé une attaque qui a permis aux Allemands de reprendre pied dans une partie des éléments de tranchées conquis la veille par nous.

La vie continue

humour de guerre      humour_2    
(source Illustration Aout 1916)
Malgré deux années de combats et de malheurs, lhumour est présent dans la presse et curieusement aussi chez les poilus eux-mêmes ! 

Un artiste combattant

Alors qu'entre les attaques, certains s'emploient à écrire, d'autres à confectioner des objets pour la famille et les amis, certains artistes peignent ou dessinent. Ce fut le cas de Mathurin MAHEUT, pour lequel, le journal l'Illustration d'août 1916 consacra plusieurs pages.
Voici un aperçu  de ses oeuvres sur le front (à gauche) , mais je vous invite à vous procurer l'Illustration de la troisième semaine d'août 1916 ou encore à découvrir l'oeuvre de Mathurin MAHEUT sur son site que j'ai personnellement découvert après la lecture du journal de l'époque.
Artiste MMAheut 1916_1 Artiste MMAheut 1916_2 Artiste MMAheut 1916_3
(source Illustration Aout 1916) Pour toute utilisation, contactez l'Illustration et/ou le site de Mathurin MAHEUT, merci.



haut
cultures alternatives