HOME (retour au Sommaire)   LE  SITE  DE  PAPY  LOUIS  OU  LA  TRAVERSÉE  D' UN  SIÈCLE   HOME (retour au Sommaire)

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE            France         RETOUR AU PLAN DU SITE
 RETOUR PAGE PUPILLE  1914  -  1918 - Papy-Louis - Album Pupille de la Nation
 RETOUR PAGE PUPILLE  Album L'Oncle André


Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE     Retour page index CENTENAIRE
Cette page appartient aux rubriques mensuelles portant sur le thème du 
CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE 1914 - 1918
Vous  pouvez naviguer dans l'album en cours
 ou remonter la hiérarchie des thèmes ou aller à la page du sommaire centenaire
ou encore aller directement consulter un mois de la grande guerre dans le tableau ci-dessous.
Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE    Retour page index CENTENAIRE
1914 Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1915 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1916 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1917 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1918 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre

Juillet 1918 :

Ils se battent toujours, avec les Américains à leurs côtés.


1918_07_champ_bataille

Aussi, les 4 et 14 juillet sont deux occasions pour une petite distraction

Passons un mois avec eux et nous aurons une (petite) idée des 51 mois qu'ils ont traversés !

1918_07_independance_day_JMO
4 juillet
Fête de l'indépendance américaine,
Des jeux et des concerts sont organisés dans les cantonnements des
bataillons de soutien et de réserve ainsi qu'à Bande Laveline où des
éléments de la CHR prêtent leur concours,

1er juillet
Journée très calme,
À partir de 21h le septième BIC relève dans le CR de Goutte Morel deux compagnies du 60e RI USet la 2e compagnie du 64e.
Relève terminée à 1h30 sans incident,
Après relève la 2e compagnie du 64e se rend en soutien au camp Gaud et Sabourin.
La 3e compagnie du 64e en soutien à Le Repas relève à Wisemback une compagnie du 3/60e US.
Le 3/60e RIUS après relève est regroupé à Laveline
Le 1/60e US quitte le secteur et se rend à Entre deux Eaux. Le mouvement qui est effectué de jours attire l'attention de l'ennemi qui lance 80 obus environ sur cette unité à son passage « Coinchiment ».
2 juillet
Journée très calme, patrouille de liaison entre les G.C., pas de manifestation de l'infanterie ennemie.
Faible activité des aviations : deux avions français et deux avions allemands au cours de la journée.
Le 3/60e US quitte le secteur et est enlevé en camions,
3 juillet
Journée calme, toutefois durant la matinée les mitrailleuses ennemies tirent fréquemment probablement par suite du brouillard,
Pas d'activité des artilleries et des aviations
4 juillet
Fête de l'indépendance américaine,
Des jeux et des concerts sont organisés dans les cantonnements des bataillons de soutien et de réserve ainsi qu'à Bande Laveline où des éléments de la CHR prêtent leur concours,
Journée très calme faible activité des artilleries, pas d'activité des aviations en raison de la brume et de la pluie.
5 juillet
Journée calme. Entre 13h et 14h30 des mouvements de petits groupes ennemis dus probablement à une relève allemande provoque des tirs au fusil de notre première ligne,
Faible activité des artilleries,
Très grande activité de l'aviation ennemie de 6h45 à 10h30 et de 16h à 17h15,
Dans la soirée le 3/64e relève dans le CR de Croix le prêtre le 1/64 , mouvement terminé à 1h30 sans incident.
Après relève le 1/64 rejoint « Taintrux » où il cantonne.
6 juillet
Journée calme.
Aucune manifestation de l'infanterie ennemie
De notre part liaison habituelle assuré par les patrouilles entre les G.C.
Une batterie lourde française entre 17h30 et 19h exécute un tir de destruction sur un objectif au nord-est de Colroy
Faible activité de l'artillerie ennemie
Une soixantaine d'obus ennemis de petits et moyens calibres sur l'ensemble du sous-secteur.
Les compagnies de mitrailleuse américaine du 13e bataillon qui était restées en secteur après le départ du 60 RIUS sont remplacées par celle du CR Croix le prêtre par la 3e CR du 64e et celle du CR Goutte Morel par la CM1 Indo-chinoise demi compagnie de la 2e CM/64 monte au camp romain relever le personnel de la première CM qui descend à Taintrux
7 juillet
Journée calme, rien de particulier à signaler en dehors d’une patrouille ennemie entendue s'approchant de nos lignes à l'est de 762. Les guetteurs lancent quelques grenades et tirent des rafales de FM,
8 juillet
À 0h45 une patrouille allemande s’approche de Bourbali II. Elle est reçue à coups de grenades.
Assez grande activité de l'artillerie de l'aviation ennemies trois obus de 210 sur le boyau de Ménaupré.

1918_07_La_bastille_JMO
14 juillet
À l'occasion de la fête nationale un petit concert est organisé à Ban de Laveline.
9 juillet
Journée très calme, rien à signaler au point de vue des artilleries et des aviations.
Un renfort venant du CID 21 est incorporé. Il est composé de 1 adjudant-chef 6 caporaux et 110 soldats.
10 juillet
Dans la nuit vers 2h, une patrouille ennemie s'approche du GC Bourbaki II dans l'intention d'attaquer. Elle est éventée grâce à la vigilance des occupants (gradés européens et travailleurs indochinois) qui la disperse à coups de grenades et de fusils. Journée calme,
Faible activité des artilleries qui n’opèrent que leurs réglages habituels.
Pas d'aviation en raison du mauvais temps.
11 juillet
Journée très calme, patrouilles habituelles de liaison et observations et sondages d’officiers et de sous-officiers en vue de coups de main ultérieurs.
Pas de manifestation de l'infanterie ennemie en dehors de quelques rafales de mitrailleuses sur Wisembach et nos GG.
Seule notre artillerie antiaérienne est très active : 6 avions allemands survolent le sous-secteur. Un avion Français.
12 juillet
à 2h15 deux grenades ennemies sont lancées en avant du CR Goutte Morel A ce signal les mitrailleuses allemandes ouvrent le feu sur les GC Bourbaki I et Bourbaki II puis le tir se localise sur Bourbaki 1.
À la cessation du tir des mitrailleuses deux groupes de boches approchent du poste.
Ces deux groupes lancent des grenades.
Aussitôt les tirailleurs indochinois alertés ouvrent le feu nourri de VB et de FM.
Les mitrailleuses prêtent aussi leur concours et l'ennemi est obligé de battre en retraite,
Le reste de la journée est calme, rien de particulier à signaler,
13 juillet
Vers 1h le petit poste de gauche du GC Bérézina reçoit une douzaine de grenades.
La garnison répond énergiquement et la patrouille ennemie est repoussée aussitôt,
Journée calme, faible activité des artilleries et des aviations,
La moitié du personnel de la première CM sans matériel vient à Laveline le 13 au matin, il relève un peu avant la nuit le personnel de la deuxième CM qui servait les 8 pièces de mitrailleuses situées dans la partie nord-est du camp Romain. Le2/64 relève dans le CR Goutte Morel le 7e bataillon indochinois avec ...
La deuxième CM relève la compagnie de mitrailleuses indochinois. Après relève terminé à 23h sans incident le 7e bataillon IC reste jusqu'à son départ à la disposition du colonel du 64 cdt le sous-secteur B
Ce bataillon a une compagnie à….
14 juillet
Journée très calme, activité très faible des aviations presque nul des artilleries jusqu'à 23h10.
A partir de 23h10 l'artillerie française exécute un tir d'obus toxiques sur des camps allemands situé à l'est du CR Croix le prêtre (Saillant de Ménaupré, ferme du Hofbagard),
À l'occasion de la fête nationale un petit concert est organisé à Ban de Laveline.
Le septième BIC est embarqué en camions et quitte définitivement le sous-secteur.
La 2e compagnie se porte de Taintrux à Laigoutte où elle cantonne,
Le personnel et le matériel de la première CM quittent Taintrux et se portent à Ban de Laveline

15 juillet
Le reste du 1/64 se porte de Taintrux à Laveline où il cantonne
Le 1er bataillon ainsi regroupé à Laigoutte et Laveline constitue la réserve du régiment et a pour mission en cas d'attaque ennemie d'occuper la ligne de résistance,
Journée calme marquée par une grande activité de l'aviation française : 2 escadrilles (11 avions) survolent nos lignes à 17h15,
16 juillet
Le TR quitte Taintrux et se porte sur Sauley où il cantonne. Les voitures du TC qui se trouvent encore à Taintrux se rendent à Remémont où le TC s’établit définitivement.
Journée calme, faible activité des artilleries. Dans la soirée 6 avions allemands et autant d'avions français survolent le sous-secteur.
17 juillet
Journée calme, pas de manifestation de l'infanterie ennemie, de notre côté patrouille habituelle de liaison,
De 10h30 à 11h15 tir de notre artillerie par rafales sur le bois de Ménaupré.
De 7h à 11h une pièce ennemie de gros calibre envoie 80 obus sur l'arrière. Ce tir est réglé par un avion qui tient l'air au-dessus du sous-secteur pendant toute la durée du bombardement.
18 juillet
Journée calme, rien de particulier à signaler.
19 juillet journée calme, patrouille habituelle de liaison entre les GC.
Activité moyenne des artilleries,
À 9h30, 9 avions français passent les lignes, deux avions allemands au cours de la journée,
20 juillet
Journée calme, rien de particulier à signaler en dehors de 16 minen sur GC Bourgeat.
21 juillet
Journée très calme, pas de manifestation de l'infanterie. Faible activité des artilleries, nulle des aviations.
Dans la soirée le 1/64 relève dans le CR Croix-le-Prêtre le 3/64...
La première CM relève les 10 mitrailleuses appartenant à la troisième CM et le personnel des 6 mitrailleuses de secteur de Croix le prêtre.
La 3e compagnie relève le personnel de la première CM qui servaient 8 mitrailleuses de secteur dans le CR Goutte Morel.
Après relève terminé à 23h le 3/64 vientoccuper les cantonnements laissés libres par le 1/64 à Ban de Laveline et Laigoutte….
Dans la même nuit le 2/90e RIT relève dans le CR Beulay le 3/79 RIT...
Relève terminée à 23h30 sans incident,
22 juillet
Journée calme,
Patrouilles habituelles de liaison entre les GC pas de manifestation de l'infanterie ennemie.
Tirs de notre artillerie à 15h30 sur la ferme Marchal et à 19h sur le bois de Ménaupré.
Faible activité de l'artillerie ennemie, quelques minen sur les GC 766 et bourbaki I.
4 avions français et 3 avions allemands survolent le sous-secteur au cours de la journée.
23 juillet
Journée calme, rien de particulier à signaler en dehors de quelques coups de fusil et de quelques rafales de mitrailleuses de la part de l'ennemi.
Faible activité des artilleries.
3 avions français survolent de sous secteur au cours de la journée. Activité nulle de l'aviation allemande,
À 21h une patrouille l'incursion sous les ordres de Monsieur le sous-lieutenant Roy (5e compagnie) sort de nos lignes. Elle a pour mission d'atteindre le château de Lusse et le village et d'attaquer et capturer les sentinelles et isolés allemands qui s'y trouvent. A la boucle du chemin Collet Valentin Herbaupaire, elle se heurte à un guetteur ennemi
qui fait exploser une charge arrimée sur un bâton, blessant un des éclaireurs du détachement.
Prévenues par le bruit de cette explosion les sentinelles ennemies se replient et leur emplacement est trouvé vide.
La patrouille continue néanmoins sa marche en avant jusqu'au ruisseau de Lusse sans rencontrer d'Allemands.
Le groupe rentre dans nos lignes avant le jour rapportant des renseignements intéressants sur le dispositif de garde employé de nuit par l'ennemi. Il rapporte aussi des journaux allemands et des proclamation au peuple bavarois.
Rien de particulier à signaler
24 juillet
Journée calme, marquée cependant par une activité plus grande des artilleries.
De 9h30 à 14h, l’artillerie ennemie tire par fusants et percutants sur les GC Bourmont et Bourgeat, sur les abords du PC Simon, sur la lisière nord du camp Romain, sur la région de Fontaine Lacour et sur l'arrière.
Notre artillerie exécute des tirs de représailles
Activité moyenne des aviations,
25 juillet
Aucune manifestation de l'infanterie allemande
Artillerie allemande assez active,
Plusieurs patrouilles d'exploration dans le CR Croix le prêtre ne signalent rien de particulier.
Une patrouille exécutée par le lieutenant Bazerque en avant de Bourgeat et Bourbaki ne donne aucun résultat.
L'artillerie allemande exécute quelques réglages discrets par obus fusants et percutants sur Bourmont, Bourgeat environs du PC Simon et sur la lisière nord du camp Romain.
Quelques obus tombent sur l'arrière dans l'après-midi.
Tir de 18 obus de gros calibre sur le point 42 42 vers 11h45 et une vingtaine d’obus sur la féculerie de Frapelle de 17h30 à 18h10 est exécuté à titre de représailles.
Un avion ennemi à survolé les lignes de 8h à 18h.
Un avion français vers 17h30
Pendant la nuit un ronflement de moteur est entendu vers 23h au-dessus du Bois de la Garde.
26 juillet
Journée assez calme caractérisée par une activité plus grande de l'artillerie ennemie dans la matinée.
Les patrouilles habituelles ne signalent rien de particulier.
L'artillerie ennemie s’est montrée assez active de 6h15 à 11h heures, plusieurs obus de gros calibre tombent sur Bourgeat, Bourbaki I et une centaine de 77 sur le CR Beulay.
Un tir de représailles est exécuté sur les points 42 42 et 42 43.
Un avion boche à survolé les lignes de 8h05 à 10h.
Aucune activité de l'aviation française
Pertes 1 caporal tué, un sergent et deux hommes blessés au 90e RIT
27 juillet
Calme
Les patrouilles habituelles ne signalent rien de particulier.
L'artillerie ennemie et l'artillerie française sont presque nulles.
Aucune activité de l'aviation,
Le régiment reçoit du CID 21 un renfort composé de trois sergents quatre caporaux et 93 hommes
28 juillet
Journée très calme, artillerie, aviation nulles, rien de particulier à signaler.
29 juillet
Aucune manifestation ennemie pendant la journée. De notre part, patrouilles habituelles.
Dans la soirée, le 2e bataillon est relevé par le troisième.
Après relève le 2e bataillon occupe les emplacements suivants : ….
Mouvement étant terminé à 23h30 sans incident,
30 juillet
Journée calme
L'artillerie ennemie envoie quelques obus sur Bourbaki et les arrières du secteur. Quelques Minen tombent sur le PA Réduit entre 10h et 11h.
L'aviation est peu active de part et d'autre,
Au cours de la nuit un coup de main est tenté par la position franche du CR Croix le prêtre. Elle est composée 1 adjudant, 1 sergent deux caporaux et 20 hommes sous le commandement du sous-lieutenant Bonvalet. Elle a pour mission d'attaquer un PC ennemi au-delà du ravin des Yraux et de faire des prisonniers.
Le groupe franc suit l’itinéraire Wissenbach, chemin forestière et ravin des Yraux. Il fut probablement éventé car l’ennemi fit entendre directement un signal se répétant de poste en poste et ressemblant au glapissement du renard. Dans la pente ascendante il rencontra des réseaux si nourris et si difficiles à franchir qu'il ne put atteindre son but.
Au retour, une méprise des sentinelles occasionna une bagarre, des coups de feu furent échangés : le sous-lieutenant Bonvallet et 3 soldats furent blessés un autre tué.
Un renfort est incorporé il comprend un sergent 4 caporaux et 99 soldats.
31 juillet
La journée a été calme dans son ensemble.
Les deux artilleries furent peu actives.
L'artillerie ennemie fit quelques réglages par fusants sur la région 766 762 vers 20h15. 35 obus de 105 entre Bourbaki I et Bourbaki 2.
5 avions boches et 3 avions de français ont survolé les lignes à différentes reprises.
Les patrouilles exécutées au cours de la nuit n'ont rien signalé de particulier.
La 6e compagnie du 2/90 en réserve à Quebrux à relevé la 5e compagnie dans le PA 856.
Les deux sections de mitrailleuses des QG Arras et Guillon ont été relevées par les deux sections de mitrailleuses en réserve à Quebrux
Ces mouvements était terminés à 21h sans incident.

HAUT DE PAGE

cultures alternatives