1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

RETOUR PAGE PUPILLE DE LA NATION

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

- Album Mon Oncle Désiré -
précédente                            RETOUR PAGE ALBUM ONCLE DESIRE                        suivante

Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE     Retour page index CENTENAIRE
Cette page appartient aux rubriques mensuelles portant sur le thème du 
CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE 1914 - 1918
Vous  pouvez naviguer dans l'album en cours
 ou remonter la hiérarchie des thèmes ou aller à la page du sommaire centenaire
ou encore aller directement consulter un mois de la grande guerre dans le tableau ci-dessous.
Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE    Retour page index CENTENAIRE
1914 Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1915 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1916 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1917 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1918 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre

Août 1915
:     Photographies de presse : Montrer ce qui doit être vu ...
                         Correspondances entre frères et sœurs en août 1915 - Journaux de marches et opérations (JMO
- mémoire des hommes)

1915_08_Revue_moissons

Là, on ne se salit pas les pieds, les blés ont poussé... on pourrait presque croire à un 14 juillet en temps de paix !

1915_08_Poincare_encourage _un_blesse

Poincaré en personne accompagné de Millerand, lesquels entourés des généraux viennent voir un blessé.

Quelle mise en scène à l'attention du lecteur !

haut

André :

Le voici qui revient de la Somme vers la Marne. Il retourne à quelques pas de l'endroit où son beau-frère s'est fait tuer quelques mois plus tôt.. (source JMO - Mémoire des Hommes)

1915_08_JMO 1915_08_JMO

René :

Il est à Paris, de garde à la Tour Eiffel quand il prend connaissance de la dernière lettre de son épouse.
1915_08_Journal_R_site_papy_louis
Elle a dû lui écrire qu'elle n'y arrivait pas avec tous les travaux et lui parler des malheurs chez la mère de Papy-Louis puisqu'il lui répond :"Tu me dit t'être servi de ton mouchoir et cela me déplaît puisque ça n'avance à rien et tu as plus besoin de te ménager tes forces...pour ton travail, je ne puis rien que d'y songer".... On imagine la tristesse des deux côtés. Il dit avoir dû participer (défiler et honneurs au garde à vous) à une remise de décorations exceptionnelles concernant des blessés et il cite :" imposant et touchant mais triste parce que les médailles étaient loin de remplacer ce qui leur manquait. Je te citerai plusieurs : aveugles, un plus de jambes, l'autre plus de bras et après, ceux à qui il manquait un bras, qui avaient des béquilles, des jambes de bois étaient nombreux..." Il rajoute : " L'après-midi, au repos, j'ai beaucoup songé à mon frère défunt, j'ai écrit à Ernestine" (mère de Papy-Louis)
Et il retourne en garde à la Tour Eiffel.

Correspondances :

1915_08_03_courrier_site_papy_louis La mère de Papy-Louis écrit à sa belle-sœur le 3 Août 1915


Le physique et le moral ont du mal à tenir. Elle a réussi à rendre une parcelle qui était en location (prévue pour travailler avec son mari). Aujourd'hui elle n'arrive pas à entretenir les petites parcelles autour de leur maison et assurer le travail de l'exploitation qui était tenue par le grand-père, désormais malade, l'Oncle André et son mari ....
Et tout cela avec un enfant.

Si elle dit rentrer seule dans leur maison c'est donc à ce moment qu'elle a pris la décision de mettre Louis au pensionnat du village.
 1915_08_07_courrier_site_papy_louis
Désiré à sa belle-sœur le 7 Août 1915

On retrouve dans ce courrier tout l'inquiétude dès que quelque jours se passent sans nouvelles dans un sens ou l'autre.

Que de difficultés pour beaucoup de femmes seules qui doivent être sur tous les "front" (moins un, mais quand même !)



Papy-Louis aurait tellement aimé aller chercher son prix avec Papa et Maman ....


Le front, c'est reparti !

haut
1915_08_08_courrier_site_papy_louis La mère de Papy-Louis à son beau-frère le 8 Août 1915



Désormais seule dans la maison qui abritait un couple et un enfant quelques mois plus tôt, elle tente d'entretenir la totalité de l'exploitation et est très fatiguée....



Le moral est au plus bas et et même assister à la remise des prix, elle ne peut pas car elle se revoir un an plus tôt en bonne compagnie à cette même fête qui aujourd'hui n'en est plus une pour elle.




Des services religieux sont organisés pour les disparus. Heureusement que la foi les raccroche à autre chose...
1915_08_08_courrier_site_papy_louis
Le frère cadet à son aîné le 8 Août 1915



Les poilus doivent subir punaises et poux !  Quelle vie ....



Il reconnaît les service d'honneur, même en temps de paix comme excessifs.

C'est le début de la censure.

Et on termine toujours en espérant la fin rapide...
1915_08_20_courrier_site_papy_louis
Les permissions se font attendre et sont réduites pour ceux qui ne sont pas en repos ....

L'espoir apparent sans doute, afin de remonter le moral des familles.
1915_08_26_courrier_site_papy_louis
Jeanne à son mari René le 26 Août 1915

Elle n'avait pas l'habitude d'écrire et n'aimait pas cela mais le faisait qquand même pour son mari.

Le travail fait par ce petit bout de bonne-femme d'un mètre 50 à peine est impressionnant :
"Mardi et Mercredi, j'avais la jument à Madeleine, j'ai passé dans les choux, dans la vigne, ils sont beaux, bien poussants et, avec le brabant, j'ai labouré pour le "roussillant" mais la terre est sèche, c'est dur, je vais attendre de l'eau, ça ira mieux, je n'ai encore point battu mais ça va venir bientôt " etc ... !! 

haut
cultures alternatives