1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

RETOUR PAGE PUPILLE DE LA NATION

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

- Album Mon Oncle Désiré -
précédente                            RETOUR PAGE ALBUM ONCLE DESIRE                        suivante


Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE     Retour page index CENTENAIRE
Cette page appartient aux rubriques mensuelles portant sur le thème du 
CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE 1914 - 1918
Vous  pouvez naviguer dans l'album en cours
 ou remonter la hiérarchie des thèmes ou aller à la page du sommaire centenaire
ou encore aller directement consulter un mois de la grande guerre dans le tableau ci-dessous.
Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE    Retour page index CENTENAIRE
1914 Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1915 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1916 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1917 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1918 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre

Septembre 1916

Extrait d'un parcours de CVAX (septembre 1916 - voir intégralité) 

Le 4 au matin, six heures, je partais avec 15 voitures, un brigadier pour C4, mission spéciale : disposition d’un Lieutenant de Génie avec ordre d’emporter pour les hommes et les chevaux, des vivres pour trois jours. Ce n’est pas le rêve. Je rentrai au cantonnement 48 heures après. Le 4 dans l’après midi, un homme de ma section fut tué avec ses deux chevaux au ravin des Cuisines.

RAVIN
Voir photo du Ravin des cuisines sur l'album de l'Oncle André (cliquez)

Le 5 septembre au soir à partir de 4 heures, un fort dépôt de munitions sautait à 700 ou 800 m de nous. Intersection des routes de Amiens/Estrées – Proyart/Harbonnières. Les explosions se succédaient sans interruption et cela pendant toute la soirée et une grande partie de la nuit. Les 6 et 7 , tout le temps le mamittage.

Le 17 septembre, arrivée d’un sous-officier appelé « Martigny » pour remplacer Botte qui était réserviste.

A la fin du mois, transformation des détachements de Morcourt qui restaient en même place avec 65 voitures, 150 chevaux ; on comptait les chevaux de selle, et environ 80 hommes et brigadiers et un officier.

Construction d’écuries, l’hiver arrivait. Au fur et à mesure que l’on repoussait les boches, nous avancions le dépôt de munitions et de matériels qui devait tout le temps être le plus près des premières lignes : 1km environ. C’était de plus en plus dangereux.

-----------------------
Désiré :

Il se bat toujours du côté de Nancy en ce mois de septembre 1916 - le courrier se fait rare.
1916_09
  1916_09_28_extrait_JMo_335






haut
cultures alternatives