RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE                      FranceRETOUR PAGE PUPILLE                    RETOUR AU PLAN DU SITE

1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

précédente    - Album Mon Oncle René -    suivante
( PAGE DE GARDE RENE )


Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE     Retour page index CENTENAIRE
Cette page appartient aux rubriques mensuelles portant sur le thème du 
CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE 1914 - 1918
Vous  pouvez naviguer dans l'album en cours
 ou remonter la hiérarchie des thèmes ou aller à la page du sommaire centenaire
ou encore aller directement consulter un mois de la grande guerre dans le tableau ci-dessous.
Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE    Retour page index CENTENAIRE
1914 Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1915 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1916 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1917 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1918 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre

Octobre 1915 : Un nouvel hiver se prépare .... et les combats sont toujours aussi violents pour André et pour DésiréJ.M.O. en témoignent) (Les

Heureusement que les correspondances entretiennent le moral et permettent d'informer des droits.

Voyez ce coq au centre (que j'ai un peu zoomé) "OUBLIER JAMAIS"

1915_10_Cartes_lettres_site_papy_louis

Les journaux de marches et opérations (JMO) - Extraits source "Mémoire des hommes - 64 RI et 335 RI - Ministère de la Défense"

Désiré :   Il a commencé par changer de secteur pour connaître un nouvel enfer ....


1915_10_deplacement_Desire
Depuis le sud de Metz, il se rend à Reillon, à l'Est de Nancy où une bataille sanglante l'attend....
1915_10_JMO_extrait On se demande toujours comment ils pouvaient tenir non seulement moralement, psychologiquement, mais simplement physiquement avec tant de fatigue et très peu de repos !
Les déplacements presque exclusivement de nuit pour être "frais et dispo" pour monter à la crête le matin ...
1915_10_JMO_extrait Lisez bien le "s'établir" suivi du "prêt à prendre les armes immédiatement" ....
1915_10_JMO_extrait Autrement dit on ne se cache plus, on ne se protège moins, il faut pouvoir monter sur le plateau !
"Quelques obus" comme on dirait passage nuageux !

et pire encore pour une journée calme 1 tué et 1 blessé
1915_10_JMO_extrait Ils ne voyaient pas les fils de fer barbelés tellement l e terrain était "labouré par les obus" !  Et ce n'était certainement pas la végétation qui devait empêcher de voir, elle était hachée...
1915_10_JMO_extrait "un feu d'artillerie avec une intensité beaucoup moindre" ... et juste en face : " Tués 1 s/s officier et 29 soldats + 63 blessés" !
1915_10_JMO_extrait Quelle progression : 25 mètres ! Quel prix en vies humaines au mètre carré ...
1915_10_JMO_extrait Et que dit le bulletin officiel :
"Nous avons par un combat pied à pied et opiniâtre, conquis une tranchée tenue par l'ennemi à proximité du croisement des routes ...."
1915_10_JMO_extrait Je vous fais grâce de toutes les pages, (extrait d'une 1/2 page seulement - hommage aux absents de la capture que vous pouvez retrouver sur le site Mémoire des hommes")  malheureusement, il  y a plus de 150 lignes avec un grand nombre de tués à l'ennemi . Quel carnage ...

haut

André :

Nous avions constaté que son retour post convalescence s'était effectué dans des conditions difficiles avec des combats acharnés le mois précédent, cela continue ...
1915_10_JMO_extrait Peut-être que le clairon cité ici est André puisqu'il dit à sa sœur qu'il fait de la musique ... Parlait-il du bruit du canon ou clairon . Toujours est-il qu'il en a fait ainsi que télégraphiste, vélocipédiste, et brancardier en fonction des besoins, en plus du fusil et de la  baïonnette !



... quelques pertes ! Les rédacteurs ont dû recevoir la même formation.

Et chaque jour : bombardement très violents, extrêmement violents, pertes sensibles ... ce devait être très sérieux...
1915_10_JMO_extrait

Le régiment (bataillon Morin et Mondon) part à 10h pour l'occupation de la côte 196 en vue de l'action de la Courtine
Les troupes n'ayant pu tenir dans les tranchées ennemies doivent regagner la tranchée française.
Le commandant Morin reste prisonnier dans une sape boche entre les deux tranchées ennemies et tous les efforts faits pour lui envoyer des renforts restent infructueux.
Jusqu'à 3h du matin la liaison téléphonique existe entre lui et le PC du colonel. À 3h le fil doit être coupé, dès lors aucune nouvelle du commandant Morin qui reste avec une quinzaine d'homme du 64è et une vingtaine de prisonniers. Le capitaine Révèlard, le lieutenant Simon sont avec lui.

Cette attaque nous coûte 11 officiers et 340 hommes environ.

Le bataillon Mondon avait pu prendre pied dans un élément de la tranchée allemande sans pouvoir progresser davantage.

1915_10_JMO_extrait

A partir de 9h l’ennemi bombarde le secteur d'une façon intense et fait un barrage entre nos première et deuxième lignes tandis qu'il se montre très agressif à coups de grenades. À 11h30 un avion français est abattu par un « aviatik ». À 15h une vive fusillade se déclenche mais l'ennemi ne sort pas des tranchées.


Correspondances :

1915_10_courriers_site_papy_louis Voici le contenu des versos des carte et carte-lettre qui figurent en haut de page.
Elles sont toutes les deux de Désiré pour lequel on a bien vu ce qu'il traversait à travers les JMO du 335è RI !



Il tient donc par les présentes, tant auprès de son frère qu'auprès de sa belle-sœur, à les rassurer car tout se sait et, comme il le dit, vous avez dû entendre parler de mes déplacements mais ne vous inquiétez pas, tout va bien  !
Il minimise les victimes en se basant sur son "escouade" !

Malheureusement il ne pourra pas dire cela le 7 avril 1918 ... 



Le courrier sans date a été retrouvé, en voici quelques extraits plus bas (lien)

1915_10_24_courrier_site_papy_louis La santé du grand père qui a tant souffert du départ de ses fils et beaux fils et des décès nécessite une présente quasi constante et la mère de Papy-Louis est donc contrainte de laisser la maison louée par elle et son défunt mari pour se rapprocher de la maison du bourg (ce qui permettra quand même à Papy-Louis d'aller à l'école dans des conditions de route plus confortables)

On ressent à la lecture l'épuisement et le découragement face à cette situation à multiples facettes (décès du mari, l'enfant à élever, le père malade, l'exploitation à entretenir et ...sa propre santé défaillante) qu'il en faudrait peu pour tomber à son tour.


haut
1915_10_24_courrier_site_papy_louis Elle partage ce malheur avec son beau-frère aussi puisqu'elle n'a plus qu'eux pour l'écouter et la soutenir.

1915_10_suite_courrier_30_10_extraits_papy_louis
A l'exception de quelques  passages personnels ou trop difficile à lire de par le contenu (c'est la première fois qu'il écrit en toute franchise à son frère - probablement parce qu'il a vu la mort de très près pour les autres et pour lui-même), je laisse le texte sans commentaires, il n'y en a pas besoin.

Volontairement et dans cet esprit, la lettre est scannée plus grande pour lire sans difficultés, à l'exception des cent années passées sur les pliures des feuilles de cahiers d'écolier, lesquelles, comme souvent sont écrites au crayon de papier - crayon de bois - comme à l'accoutumée..




"Quelques explications, comme je l'ai dit. Le mois d’août s'était passé aux avant-postes dans les meilleures conditions. Nous fûmes relevés pour le premier septembre. Le reste du mois se passa au repos c'est encore façon de dire car c'était le travail aux tranchées de deuxième ligne. Mais enfin c'est le meilleur temps, la nuit entière nous appartient, c'est une vie plus réglée bien qu'il reste encore la menace des grosses pièces, le chantier se trouvant sous la ligne de feu. Vers la fin de septembre, nous fûmes alertés, déplacés de notre secteur pour un endroit où l'on pouvait facilement être transbordés, c'est ce qui arriva. Après le départ de notre ancien secteur, nous fumes bien entendu remplacés par d'autres régiments.
.... proximité d'une grande ville. Malheureusement le séjour ne fut pas de longue durée, une dizaine de jours puis, un beau matin, nous fumes avisés d'un départ pour une direction inconnue, comme toujours. On prit le train pour un voyage qui ne dura que quelques heures. En débarquant, c'était pour ne pas changer, la voix du canon mais assez loin quand même. De là, on nous amena dans une forêt où on y resta environ huit jours, campés sous la tente, c'est une maison qui n'est pas spacieuse ni confortable mais contre mauvaise fortune il faut faire bonne figure.

Mais peu à peu on s'approchait du canon, enfin un beau jour, le dimanche 17 seulement, notre arrivée à la grand'garde, un village détruit fut saluée par une salve pas de bravos mais de coups de canon. Il y eut malheureusement à déplorer la mort d'un camarade puis trois ou quatre blessés. Le soir la nuit venue, on poussa jusqu'à la première ligne relever des régiments qui avaient été éprouvés quelque peu. Ils avaient résisté et lutté pendant trois jours. La relève se fit bien sans difficultés, la nuit se passa de même.

La journée du lendemain le lundi s'écoula pas trop mal en ne tenant pas compte des échanges que les artilleries faisaient qui passaient sur nos têtes; quelquefois il en était destiné pour nous aussi mais il n'eut pas trop de casse. Le soir on se mit à manger la soupe seulement on fut prié de la part des boches de ne pas tarder trop. C'est à dire que ces messieurs s'étaient approchés et nous tiraient des coups de fusil sur nos tranchées, on vit ce qu'il nous restait à faire. Mais le signal de leur fusillade fut aussi le signal du déclenchement de leur artillerie.

Alors on encaissa pendant un certain temps que je ne peux évaluer, on ne songeait pas à la notion du temps. Ce que je puis dire cela dégringolait d'un train sur nos tranchées, toute la ribambelle de 77, 88, 105, 150, 210. Enfin les pauvres tranchées écroulaient de toutes parts et plus triste encore il y avait des morts et des blessés.

A mon escouade il y eut trois morts et deux blessés mais un de ces blessés mourut des suites. De sorte que l'on restât après trois hommes et le caporal. Cette attaque avait duré jusqu'à minuit et demi le temps ne nous avait pas duré bien qu'inutile de dire que ce n'avait rien d'agréable. Enfin vers trois heures ces cochons contre-attaquent mais ce ne fut pas grave ni terrible. Le reste de notre séjour se passa assez bien , il se passerait mieux encore sans l'artillerie car sur ce terrain les trous d'obus ne sont pas distants les uns des autres c'est un vrai champ de guéret. Après être passé une quinzaine de jours dans ce trou d'enfer, on nous releva puis ce fut le retour à notre lieu de départ primitif certainement sans regrets aucuns. On ne peut rien dire de l'avenir seulement depuis le début je n'avais vu pareille affaire. Il faut toujours vivre..."

haut



René était toujours à l'affût des nouveaux textes et n'avait pas les deux pieds dans le même sabot. Aussi, dès qu'il a vu les informations concernant ce que seront plus tard les pupilles de la Nation, c'est à dire les orphelins de guerre, il en prit note et les transmis à sa belle sœur (la mère de Papy-Louis) pour qu'elle se renseigne afin de savoir si elle pourrait prétendre à une allocation qui serait évidemment la bienvenue après ce grand malheur. (il ne devait pourtant pas disposer d'un grand confort pour écrire une aussi longue note ....)

1915_10_Droits_orphelins
haut








cultures alternatives