RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE                      PAGE Pupille_de_la_NationRETOUR PAGE PUPILLE                    RETOUR AU PLAN DU SITE

1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

précédente    - Album Mon Oncle René -    suivante
( PAGE DE GARDE ALBUM RENE )


Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE     Retour page index CENTENAIRE
Cette page appartient aux rubriques mensuelles portant sur le thème du 
CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE 1914 - 1918
Vous  pouvez naviguer dans l'album en cours
 ou remonter la hiérarchie des thèmes ou aller à la page du sommaire centenaire
ou encore aller directement consulter un mois de la grande guerre dans le tableau ci-dessous.
Sommaire Centenaire
Retour page index CENTENAIRE    Retour page index CENTENAIRE
1914 Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1915 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1916 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1917 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1918 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre

Mai 1915 : Notes de René et correspondances familiales :

Montmartre 1915

Comme vous le verrez plus ci-dessous, René est en région parisienne. La proximité du Sacré-Coeur, peut-être l'Ascension, lui donnent envie d'envoyer cette carte de réconfort à sa belle-soeur. 

Sa façon à lui de dire autrement que par les mots si insuffisants et si difficiles à prononcer ou écrire. Vous pouvez remarquer comme les cartes postales s'étaient déjà "adaptées" à la situation (le drapeau tenu dans le bec de la troisième colombe).

haut

Montmartre 26 05 1915

Voici maintenant quelques extraits du journal que tenait René lors de son déplacement vers le fort de Cormeilles puis celui de Romainville. Je vous laisse découvrir ce parcours du combattant .... (il faut garder à l'esprit que ces parcours sont faits par des réservistes de plus de 40 ans ! )

1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis 1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis 1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis 1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis
Avec un temps épouvantable, ils marchent sans discontinuer ou presque, de jour comme de nuit. Même les riverains qui se savent en guerre sont étonnés de voir passer ces troupes épuisées. Encore une organisation imparfaite, alors on trouve deux salles de classe d'une école pour se reposer mais le temps de trouver un peu de paille il est l'heure de repartir ... Passage à Argenteuil à 4h du matin, le jour se lève et c'est Saint Denis Aubervilliers et Pantin. Heureusement quelques âmes de bonne volonté leur offrent des victuailles au passage.
Voici donc 45 km qu'ils viennent de parcourir à pieds, des hommes sont tombés d'épuisement.
1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis 1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis 1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis 1915_05_Notes_Rene_site_papy_louis
 D'autres ont abandonné tout le barda, n'en pouvant plus... on n'imagine pas la sanction à l'arrivée. Ils ont évidemment des ampoules aux pieds, ce qui ne va pas faciliter la suite !  Description précise du fort à l'arrivée. Autre extrait, un avion (biplan) survole et bombarde. Curieusement il décrit un avion allemand qui aurait été aux couleurs des avions français pour mieux approcher...
Description de l'approche d'un Zeppelin avec "les projecteurs qui fouillent le ciel"
Il se trouve près du Bourget et est étonné par la quantité d'appareils qu'il décrit comme pire que lors des meetings à Angers

Correspondances familiales du mois : (extraits)
1915_05_05_courier_site_papy_louis  Le cadet à l'aîné : 05 Mai 1915

Il sait ce que c'est, lui, Désiré que des manœuvres et des marches avec sac à dos 2 ans de service, suivis de périodes militaires au Camp du Ruchard (37) et déjà le 10 ème mois de guerre !

Dans l'attente des réponses ...
1915_05_15_courier_site_papy_louis Encore le cadet à l'aîné, 10 jours plus tard.

Il compatis mais lui confirme que s'il pouvait rester au Fort, il ne serait pas plus mal.

C'est le début des cuisines roulantes. Que veut-il dire par  "avantages - sans doute à prendre à l'inverse - que l'on ne connaît pas" ? Qualité, chaleur ?

Une épidémie sérieuse , est-ce la Typhoïde ? Il ne précise pas, de plus, le courrier était-il interdit pour ne pas transmettre le virus ou ne fallait-il pas parler de l'épidémie pour des raisons militaires ?
1915_05_20_courrier_site_papy_louis Puis dans le même sens 5 jours plus tard :

Désiré serait un peu plus loin du front mais en revanche les délais d'attente et d'alternance repos - front deviennent de plus en plus inquiétants pour envisager une fin proche même s'ils essaient d'y croire...

Il a reçu les nouvelles rassurantes du neveu et veut les partager avec son frère (c'est et ce sera le seul descendant des trois frères)

Ces mouvement de troupes avec des appels et des rappels des moins exposés jusqu'alors ne sont pas de bons présages....
1915_05_28_courrier_site_papy_louis

La mère de Papy-Louis à son beau-frère
28 Mai 1915

Elle souhaite un retour prompt pour René auprès de son épouse mais sait bien au fond d'elle même que rien n'est fait, malheureusement.

D'ailleurs, les listes des amis et connaissances s'allongent et cela fait revivre les moments très douloureux encore présent dans le cœur et la chair.

Heureusement, le petit Louis se remet, retourne à l'école, et donne un peu d'espoir dans cette vie triste et morose.
1915_05_28_courrier_site_papy_louis
La mère de Papy-Louis à sa belle sœur, le même jour avec le même encrier non rebouché, probablement.
28 Mai 1915

Elle partage les nouvelles tristes et meilleures ;

Le décès dont elle parlait à René dans la lettre précédente
mais aussi les nouvelles rassurantes pour le petit Louis.

On apprend que son retour à sa maison à 5km du bourg est effectif. Louis va avoir du chemin à faire !


haut




cultures alternatives