HOME (retour au Sommaire)
   LE  SITE  DE  PAPY  LOUIS  OU  LA  TRAVERSÉE  D' UN  SIÈCLE   HOME (retour au Sommaire)
RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE            France         RETOUR AU PLAN DU SITE

1914   -  Chapitre "Pupille de la Nation"   - 1918 RETOUR PAGE PUPILLE

Mon Oncle André

Brancardier, Télégraphiste,
estafette vélocyclopédique, 
et musicien

de 1914 à 1918

mais aussi photographe amateur

(voir l'album ci-dessous)

Clocher d'Albert   Boyau

Ci-contre, son livret militaire  

Un document historique :

(il a été également estafette)  

Un hommage aux brancardiers 

Il parlera très peu de cette période après son retour comme la plupart de ceux qui sont revenus. Pour comprendre ce silence, je donnerai un début d'explication : Appartenant à une famille très croyante et pratiquante, à une religieuse de sa famille  qui lui demandait pourquoi il ne pratiquait plus régulièrement depuis son retour de la guerre, il répondait : " comment peut-on encore croire quand on a été témoin de telles horreurs" ....

On peut penser que brancardier était moins risqué qu'en première ligne, c'est sans doute un peu vrai. Cela étant, le petit brassard et le drapeau n'étaient pas une garantie : la balle perdue existait, (il avait d'ailleurs été blessé d'une balle dans la cuisse); la balle intentionnelle aussi : un jour, évacuant tous les blessés, y compris les blessés ennemis,  évidemment. Un officier allemand sortit son revolver car il refusait de se faire soigner par un français... Il réussit heureusement à le désarmer ... ce revolver confisqué l'accompagna dans toutes ses automobiles d'après guerre !

Entre 1920 et 1930, les gendarmes étaient venus lui rendre visite pour lui annoncer que, compte-tenu de sa blessure, il pouvait prétendre à la croix du combattant, il lui "suffisait" d'en faire la demande. Il a répondu " si on estime que je la mérite, qu'on me la remette, mais je n'en ferai pas la demande" ! (8 ans d'uniforme, ça forge un caractère...). Son épouse, ma tante, en a fait la demande à son insu. Allez voir ses distinctions à la page MEDAILLES.

MEDAILLES et DISTINCTIONS

Album des photos prises par mon Oncle André entre 1914 et 1918

Mon père était décédé au premier mois de la guerre. Tout parlait de guerre autour de nous malgré notre jeune âge. Mon oncle (brancardier) nous a adressé (à sa sœur, sa mère et  moi), une partie de sa collection de photos prises pendant les années 1914/18, il devait donc développer ces photos à "l'ambulance" depuis le front !  Certaines sont annotées au dos: 

voir la photographie d'une de ses annotations ci-contre.Phototographie d'une annotation originale

Le texte est  recopié à l'identique des annotations présentes sur les verso des photos (même si aujourd'hui des termes comme "boches" choquent , il est nécessaire de les laisser dans leur contexte pour mieux comprendre ce que ces soldats ont vécu). 

Comme ces photos étaient destinées à la famille, on peut remarquer qu'il n'a jamais pris d'instatanés de scènes de combats, de blessés, de blessures ou de morts. 

SPECTACLE  DE  DÉSOLATION

Dans les villes, mais aussi dans le moindre hameau 

Trou de marmite
10_MonOncleAndre.jpg

Trou de marmite **** devant l'église d'Albert. C'est un des plus grands que j'ai vus. Il fait 29m de tour et trois mètres de profondeur juste sur le milieu d'une route.

Eglise d'Auchonvillers
7_MonOncleAndre.jpg

Église d'Auchonvillers vue de devant.

Clocher d'Albert
3_MonOncleAndre.jpg

L'avant du clocher d'Albert avec la statue retenue seulement par le pied. On se demande comment ce clocher a pu résister.

VOIR  : www.collection-appareils.com>

Eglise d'Auchonvillers
5_MonOncleAndre.jpg

Le chœur de l'église d'Auchonvillers.

Eglise d'Albert
4_MonOncleAndre.jpg

Église d'Albert bombardée depuis le 7 septembre. Les boches n'ont pu faire tomber le clocher mais, du reste, il ne reste que des ruines. Sur mon autre photo, je vous montre le haut du clocher faisant 70 m de hauteur et surmonté d'une statue de bronze de 12 m de haut.

Eglise d'Auchonvillers
6_MonOncleAndre.jpg

Église d'Auchonvillers vue de côté.

Eglise d'Auchonvillers
8_MonOncleAndre.jpg

Intérieur de l'église d'Auchonvillers, la cloche tombée.

Auchonvillers
1_MonOncleAndre.jpg

Auchonvillers (80)bombardé par les boches, au fond : l'église.

Sucrerie de Mailly Maillet
9_MonOncleAndre.jpg

Sucrerie de Mailly-Maillet : bombardée par les boches. Les cheminées sont tombées et les maisons démolies.

Sucrerie de Mailly Maillet
2_MonOncleAndre.jpg

La sucrerie de Mailly-Maillet vue de devant.

Au front, la vie militaire continue, les mouvements de troupes, les campements, la musique, etc.

haut de page

Canon de 75 ayant éclaté
12_MonOncleAndre.jpg

Canon de 75 ayant éclaté au moment du tir, tuant un artilleur et en blessant deux.

Décorations
14_MonOncleAndre.jpg

Les décorations : "mérite" ou "récompense"; il faut susciter les motivations.

Canon de 75 ayant éclaté
13_MonOncleAndre.jpg

Le même canon : vue de la culasse éclatée.

Décorations
15_MonOncleAndre.jpg


Le parc des autos
16_MonOncleAndre.jpg

Le camp des autos servant au ravitaillement en vivres et munitions.

Le ravin des cuisines
18_MonOncleAndre.jpg

Ravin dit "des cuisines". De chaque côté, des abris sont creusés en terre. A gauche, le deuxième qui est tête nue, les mains dans ses poches, c'est M. Machefert, le neveu des Melles Machefert, vous pouvez leur donner la même photo que je vous envoie avec celle-ci.

Mouvement de troupes
17_MonOncleAndre.jpg

probablement une commémoration 

Groupe
11_MonOncleAndre.jpg

probablement une commémoration 

Campement sous les sapins
20_MonOncleAndre.jpg

Dans les sapins, on y est bien quand il fait beau temps; mais s'il pleut ou s'il fait froid, les tentes que vous voyez sont un bien mauvais abri.

Campement sous les sapins
21_MonOncleAndre.jpg

C'est l'heure de la soupe. On a vite trouvé une table et des chaises : un trou dans la terre et tout y est. Ce qui manque le plus, c'est les bons mets et le vin surtout. A gauche, derrière l'arbre, on voit un bout de la tente où je couchais.

Chasse aux poux
61_MonOncleAndré.jpg

Dans nos bois à l'entrée de notre tente, luxueuse habitation, un camarade cherche des poux, profitant d'un rayon de soleil.

André à la fanfare
60_MonOncleAndre.jpg

Sa troisième fonction, la fanfare : répétition.

Les tranchées

haut de page

Poste de secours
23_MonOncleAndre.jpg

Poste de secours dans les tranchées. A droite, on voit l'entrée de la cagna.

Tranchée de première ligne
25_MonOncleAndre.jpg

Tranchée de première ligne à 60 mètres des boches. Le jour, les hommes se reposent sous la surveillance d'une sentinelle.

Tranchée provisoire
24_MonOncleAndre.jpg

Tranchée provisoire à l'arrière.

Tranchée prise aux boches
27_MonOncleAndre.jpg

Dans une tranchée, prise aux boches , que nous avons habitée quelques jours après mon retour au front. Remarquez la profondeur de cette tranchée. La planche que l'on aperçoit à gauche est l'entrée du souterrain où nous couchions. Rien à craindre des marmites.

Boyau
26_MonOncleAndre.jpg

Un boyau * communiquant aux tranchées. Une corvée le nettoie.

Sur le parapet d'une tranchée prise aux boches
28_MonOncleAndre.jpg

Camarades sur le parapet de la tranchée prise aux boches.

Poste de commandement de première ligne
22_MonOncleAndre.jpg

Un poste de commandement de première ligne.

Paysage bouleversé
45_MonOncleAndre.jpg

Tranchée de première ligne boche bouleversée par notre artillerie avant l'attaque. Il ne reste plus que des débris du réseau de fils de fer qui la protégeait. Au loin, les lignes blanches donnent une idée des tranchées réunies et communiquant entre elles par des boyaux*.

Gourbi à 200m des boches
44_MonOncleAndre.jpg

Gourbi*** creusé dans le talus d'une route à 200 m des boches.

poste de secours souterrain
46_MonOncleAndre.jpg

Mesnil : abris souterrain où était établi le poste de secours.

Morne plaine...
47_MonOncleAndre.jpg

J'ai pris cette vue de la première tranchée. Au fond, vous apercevez le village de Baumond appartenant aux boches. A droite, les fils de fer et la tranchée boche. A gauche, notre poste avancé où on distingue vaguement la tête de la sentinelle. Il faut connaître le pays pour bien se rendre compte.

Contraste saisissant !
48_MonOncleAndre.jpg

Au bord de la route de Tahure (51) dans le bas où sont couchés les deux camarades : rien à craindre. Mais pour traverser la route à gauche, il ne fallait pas perdre de temps : les balles y passaient ! Au moment où je prenais la photo, un soldat traversait en courant ...Les petites voiturettes que l'on aperçoit sont des porte-brancards avec lesquels on emmenait les blessés à l'ambulance.******

Entree boyau 1914 1918
Entree_de_boyau

Entrée d'un boyau 1914 1918.

prendre la lumiere 1915
Sortir de terre

Profiter d'un peu de lumière "presque" à l'abri des projectiles.

Passer le temps entre les attaques, aider les civils encore présents

haut de page

Jeu pour tromper l'ennui
30_MonOncleAndre.jpg

Auchonvillers : entre deux marmites, les brancardiers s'amusent. Le petit jeu n'est pas très sûr car souvent la voiture culbute : c'est le plaisir, on rigole et on recommence.

Nos deux médecins
29_MonOncleAndre.jpg

Nos deux médecins dans leur cagna** creusée dans la terre.

Cagna
19_MonOncleAndre.jpg

Intérieur de la cagna** : poste de secours et les brancardiers à l'intérieur. Vous y voyez Sigogne de Corné tenant la bouteille. Ce qui manque surtout dans cette cagna, c'est la lumière.

Battage du blé
33_MonOncleAndre.jpg

le battage du blé parles soldats dans les fermes. Certains paysans cultivaient entre les lignes de front !

Il était aussi : télégraphiste, estafette à vélo, et participait aussi à trouver un lieu décent pour ceux qui ne reviendraient pas...

André au morse
31_MonOncleAndre.jpg

Mon oncle à son poste de transmission.
(voir les pages sur la t.s.f., la radio et le poste à galène)

Tombe de LC ami décédé
42_MonOncleAndre.jpg

Tombe de Lucien Cousin dans le cimetière de Somme-tourbe. Étant à une certaine distance du front, nous avons pu lui faire un entourage. La famille a eu cette photo par le camarade qui est allé chez eux ***** .

Poste de transmission
32_MonOncleAndre.jpg

Un autre télégraphiste.

Tombe de JD ami décédé
43_MonOncleAndre.jpg

La tombe de Joseph Davenier, celle qui est entourée. La couronne est sur la croix et en cache l'inscription. Les tombes étant à suivre, la croix la plus près sur laquelle on peut lire : Turchet Jules est celle du malheureux qui a été enterré après Davenier. Je vous envoie plusieurs de cette triste photographie pour que vous en fassiez parvenir à la famille soit par M. Le Directeur ou M. Le Curé.

Heureusement quelques permisssions et bien sûr la photographie ... (peut-être plus qu'un loisir : au cas où le retour ne se ferait que par l'image)
haut de page

Permission Angers rue d'Alsace
34_MonOncleAndre.jpg

Angers, rue d'Alsace. Les camarades rejoignant le régiment avec moi.

Permission Angers jardin du mail
35_MonOncleAndre.jpg

A Angers, retournant au front, nous avons eu quelques heures d'arrêt. Un camarade a bien voulu nous photographier avec mon appareil dans le jardin du mail.

Brancardiers
41_MonOncleAndre.jpg

Tous les brancardiers du deuxième bataillon sauf moi qui étais à l'appareil.

Brancardiers
36_MonOncleAndre.jpg

Un verre partagé devant le canon silencieux (pour l'instant).

Brancardiers
38_MonOncleAndre.jpg

Reconnaissez-vous Mouteau à gauche et les deux suivants sont des camarades de Corné.

Brancardiers
39_MonOncleAndre.jpg

Camarades photographiés dans les sapins.

Brancardiers37_MonOncleAndre.jpg

Cette photo sur laquelle  l'oncle André figure en bas à gauche, a permis à un internaute de retrouver la trace de son grand-oncle (3ème en parrtant de la gauche, rang du haut) ainsi que son lieu d'inhumation.(voir la photo de la tombe ci-dessus).

convalescence_1917Convalescence

Photo probablement prise pendant sa convalescence, après sa blessure. On y voir d'autres blessés en tenues hétéroclites.
declaration_armeDetention d'arme Brouillon de déclaration sur lequel il a failli déclarer qu'il détenait un révolver enlevé  à un officier allemand en 1915.

carte_mutile_combattant
Carte de combattant mutilé

Carte de combattant mutilé attestant du droit de porter la médaille du combattant.

Brancardiers40_MonOncleAndre.jpg

Un petit groupe de brancardiers avec notre sergent major.

brancardier_reposbrancardier_repos
La photo à envoyer

La photographie était un moyen de montrer à la famille que tout allait pour le mieux.
Trois_brancardiers
Uniforme du brancardier
Sur cette photographie, les brancardiers posent en uniforme (propres : ils ne devaient pas arriver de mission...)

Croix_rouge_Brancardier
Brassard du brancardier

Photographies d'une pièce unique qu'il a rapportée.
Ambulance_1914
Lien unique véhicules
Ambulance_1914
Lien unique véhicules

vehicule sanitaire 1914 1918

Lien unique véhicules

Page consacrée aux véhicules essentiellement sanitaires de la période 1914-1918.


Broderies 1914 1918
Souvenirs ou objets confectionnés...
        haut de page

Légendes et explications complémentaires :
* Boyau Fossé en zigzag mettant en communication deux tranchées.
** Cagna Abri souterrain.
*** Gourbi Abri de tranchée.
**** Marmite Obus de 1914 1918 Entonnoir  Excavation produite dans le sol par l'explosion d'une marmite, mine ou autre obus. (souvent utilisé lorsque plusieurs explosions pilonnent au même endroit).
***** Photos On imagine combien ces photos devaient être importantes pour les familles perdant les leurs.
****** Observez bien cette photo :

 - On mesure la dimension du danger par rapport à un fait réel ,si je puis dire "immortalisé" sur la plaque !

- Le contraste entre le soldat qui passe entre les balles et les trois autres au premier plan qui semblent indifférents mais naturellement indifférents ! Est-ce inconsciemment pour avoir moins peur ou est-ce l'habitude ?

fiche sur la guerre 14/18 - film un long dimanche de fiançailles (vous devez posseder acrobat reader) En 2004, un film de Jean-Pierre Jeunet est sorti sur les écrans : "Un long dimanche de fiançailles". Je ne peux que vous inviter à aller le voir et à inciter les plus jeunes générations à le découvrir. Les scènes tournées sont d'un tel réalisme que, ajoutées à des photographies d'époque comme vous découvrirez ci-dessous, vous aurez une idée plus précise des horreurs vécues. Je vous invite également à lire la fiche pédagogique de ce film, offerte par l'Association des professeurs d'histoire et de géographie, fiche sur laquelle vous retrouverez toute la chronologie de la grande guerre.
PARCOURS DE GUERRE Ensuite, NE MANQUEZ SURTOUT PAS  le parcours de guerre écrit par un dragon en Convoi Auxiliaire . Récit troublant et inédit, illustré de photos d'époque venant essentiellement du journal "l' Illustration".

Les zones traversées par ce dragon croisent celles de l'Oncle André, mais aussi celles de mes deux Oncles paternels         ( Désiré et René ) et celle de mon père décédé à cette guerre.



haut de page



cultures alternatives