1914   -  1918


RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

- Billet à Monsieur Le Président de la République 11 novembre 2009 -
                      ou                              
Faut-il débaptiser le 11 novembre "Armistice" et le nommer "Fête de l'amitié Franco-Allemande"?

voir billet du 11 novembre 2011 Billet du 11 novembre 2011 voir billet du 11 novembre 2011

Si cela fait 90 ans que sur le calendrier le Saint du jour a laissé sa place au mot « Armistice », cela fait 100 ans cette année que ce même jour correspond, à ma date anniversaire.
A l’Armistice de 1919, je faisais partie de ceux qui, dans leur famille devenue majoritairement féminine au lendemain de la grande guerre, n’ont pas eu envie de clamer leur joie malgré la Paix revenue.
Mais alors me direz-vous, pourquoi ne pas être joyeux le jour de ses 10 ans? Parce que, contrairement à certains de mes camarades qui retrouvaient les bras de leur cher Papa, je comprenais que rien ne serait plus jamais comme avant et que je devrai apprendre à vivre sans.
Plus tard, j’ai  épousé une pupille de la Nation comme moi (hasard, ressemblances ou statistiques ? …).

Pensez-vous Monsieur le Président que la disparition du dernier poilu suffise pour que la page soit tournée ?
Pensez-vous Monsieur le Président que tourner une page suffirait à effacer les profondes blessures bilatérales ?
Pensez-vous Monsieur le Président que les blessures cicatrisées nécessiteraient de coucher sur un calendrier une Amitié envers un pays, plus qu’envers un autre d’ailleurs ?
 
Aujourd’hui encore, 90 ans plus tard, il m’arrive de culpabiliser de n’avoir pas gardé une image précise de mon père… 

L’Amitié, n’est pas affaire de calendrier ou d’anniversaire imposé, preuve en est :
J'ai eu l'occasion de travailler en région parisienne, en 1929, soit dix ans seulement après l’Armistice, avec des Allemands ; certains étaient déjà en quête de revanche mais d’autres ont été de vrais Amis, des Frères, alors que leur père avait peut-être été le bras armé qui fut fatal a mon père. A aucun moment, cette idée n’a pu mettre en cause notre amitié sincère.

Pensez-vous Monsieur le Président que l’amitié écrite sur un calendrier atténuera ou au contraire renforcera les convictions des extrémistes qui véhiculent, non seulement dans nos deux pays mais dans toute l’Europe, des idées destructrices, saccagent des lieux publics et des cimetières, brandissent des symboles et haranguent des foules.

En revanche, je pense, Monsieur le Président,  qu’il est possible voire utile de faire disparaître cette notion d'Armistice, c'est à dire de victoire et de défaite dans une Europe désormais réconciliée. Je n’ai pour ma part jamais participé à une commémoration du 11 novembre mais n’ai jamais cessé me souvenir.

Je vous invite, Monsieur le Président, à parcourir mon modeste site « LE SITE DE PAPY LOUIS OU LA TRAVERSEE D’UN SIECLE », et en particulier le chapitre « Pupille de la Nation », afin de comprendre l’histoire d’un des nombreux orphelins et de leurs familles qui souhaitent se souvenir de l’Histoire en respectant ceux qui y ont contribué.

Extrait d’un mail reçu cette semaine, de Corrine du Canada : Chez nous, le 11 novembre est le jour du souvenir, date à laquelle nous rendons hommage aux anciens combattants. Compte tenu que Papy Louis est pratiquement le gardien de ce souvenir, je trouve qu'il y a quelque chose de presque  ésotérique dans cette date anniversaire. Personne ne saurait mieux le célébrer que lui.

Je me dois donc d’être le porte-parole de toutes les familles qui ont connu de part et d'autre du Rhin des souffrances dans leur chair et qui connaissent encore des souffrances  dans leur cœur.

Le centenaire orphelin de père depuis 1914 que je suis, vous demande solennellement de choisir de nommer le 11 novembre sur le calendrier français, comme d'autres pays l'ont déjà fait sur le leur : « Le jour du souvenir ».
Ainsi, chacun pourrait y placer ses propres sentiments et sa propre histoire. Le devoir de Mémoire envers les Hommes de nos deux peuples, qui n'ont fait que servir une cause qui leur était présentée juste, serait respecté et l’Amitié pourrait perdurer dans le Souvenir.

 Papy Louis

billet

Réponse  "intégrale"  le 14 décembre 2009

SCP/CdO/C133414

Cher Monsieur,

Vous avez eu l'amabilité d'adresser au Président de la République, à l'occasion de la commémoration de l’Armistice, un message qui l'a beaucoup touché.

 Monsieur Nicolas SARKOZY m'a demandé de vous remercier très vivement de votre démarche.

 Bien cordialement.

 Le Chef de Cabinet

Cédric GOUBET

 

cultures alternatives