1914   -  Pupille de la Nation   - 1918

RETOUR PAGE PUPILLE DE LA NATION

RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE     France   RETOUR AU PLAN DU SITE

- Album Mon Oncle Désiré -
précédente                            RETOUR PAGE ALBUM ONCLE DESIRE                        suivante

1917 - Février   :  Un tournant dans la guerre

Si 1916 a été marquée par les deux grands théâtres d'une guerre de position, Verdun et la Somme , et même si les fronts ont évolué, (... mais si peu quelquefois puisqu'il a même été constaté des positions quasi-identiques après des mois de combats acharnés), 1917 va apporter des changements radicaux dans la manière de se battre. 1917_Verdun
Mais on se bat toujours dans les tranchées, dans les ruines des villes démolies ... Des activités sont toujours signalées sur le front de Verdun, de l'Alsace, de la Woëvre, de Champagne, de l'Argonne, de Reims etc...

Il est d'ailleurs intéressant de noter que si la bataille "officielle" de Verdun a duré toute l'année 1916, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu de batailles et d'assauts sur Verdun et les environs avant et après ....

Edmond Rostand qui décèdera en 1918 de la grippe espagnole et qui, depuis 1914, s'implique beaucoup dans la vie des soldats, écrira en mai 1917 :
La complainte de ceux qui vont combattre
Voilà mille jours qu'on se bat. Mille fois que le jour est né.
Mille fois qu'ils ont frissonné ! Les fins de nuit sont le moment, Du plus mauvais frissonnement.
Elle est allemande, la nuit. Car, en s'enfuyant, elle nuit.
Elle jette un poison d'effroi, Dans le puits bleu du matin froid.
Le petit frisson auroral, Est le plus grand frisson moral.
L'Homme, à trois heures du matin, Doute toujours de son destin.
Un cœur n'est plus rouge mais gris, Quand l'Aube, entre ses doigts, l'a pris.
Doigts de rose ? parlons sans fard : Elle a des pattes de cafard.
Quiconque a mal dormi le sait. Mais pour eux songez ce que c'est,
Ce réveil avec ce frisson, Et quand ils revoient ce qu'ils sont !
C'est l'heure où l'on sort de son trou, La bouche amère et le cœur mou.
Pour souffrir ce qu'on a souffert, On remet son chapeau de fer.
Des hommes passent, lourds, pliés, Et la route est sans peupliers.
Ci contre une copie d'un dessin des vieux remparts de Verdun  (Source L'Illustration Février 1917 par F.Flameng)


Le tournant dans la guerre

Des tranchées au ciel et aux mers ...

mais aussi l'industrialisation et les usines de guerre.


D'abord, l'aviation commence à ne plus être seulement un outil de reconnaissance et d'observation mais bien une manière nouvelle de combattre.

Certains pilotes,
comme Guynemer , pour ne citer que lui atteignent déjà la trentaine d'avions abattus !



science
Couverture Février Mars 1917

Ce sera néanmoins surtout sur mer que le tournant sera le plus marquant cette année-là :
Torpillage Quelques cas de torpillages de bateaux français, anglais, italien ...
par les sous-marins allemands .
(source la science et la vie fev.1917)



Au cours des trois premières semaines de février 1917,
pas moins de 134 bateaux alliés ou nonbelligérants sont coulés !
Torpillage
Torpillage Torpillage


En décrétant le blocus maritime, autour de la France, de la Grande-Bretagne et de l'Italie à compter du 01 février 1917, l'Allemagne impériale veut isoler ces pays tout en laissant la libre circulation (théorique) pour les autres pays dits neutres.

Les journaux comportent toujours des pages avec des notes humoristiques et des caricatures.

Sur le dessin ci-contre, on peut remarquer que les temps n'ont pas vraiment changé : Il y a toujours eu des opportunistes dans les périodes les plus terribles....

Pendant ce temps, avec la plus grande générosité de la Nation, la chambre vote l'attribution d'UN franc par jour aux soldats (il faut dire qu'ils n'ont ni les occasions, ni le temps d'aller les dépenser...) ! 
neutres
(Sce L'Illustration Fev.17- Henriot)

Mais les Etats-Unis, jusqu'ici ne participant que par le biais de la fourniture d'armements et s'employant à rester neutres, tentent de contrer ces décisions. toutefois, le 3 février, le torpillage du bateau américain Housatonic conduit le président Wilson à prononcer la rupture diplomatique entre l'Allemagne et les Etats-Unis. Les passeports ont été remis à l'ambassadeur d'Allemagne à New-York pendant que l'on rappelle l'ambassadeur des Etats-Unis à Berlin. Ils tentent donc de montrer qu'ils ne laisseront pas l'Allemagne appliquer ce qu'elle a annoncé avant la guerre, à savoir " Mon empire est le monde".

Le président Wilson propose un plan de paix aux alliés en Europe et s'exprime en ce mois de février 1917 " Je propose ... qu'aucune nation ne cherche à imposer sa politique à un autre pays, mais que chaque peuple soit libre de fixer lui-même sa politique personnelle".

L'histoire montrera que ces tentatives de pressions ne suffiront pas puisque les Etats-Unis entreront en guerre deux mois plus tard !

Il est impressionnant de voir les centaines de bateaux coulés par les sous-marins allemands autour de la seule Grande-Bretagne. L'Allemagne qui a mis à l'eau 150 sous-marin torpilleurs au début de février, continue son effort de guerre et augmente sa flotte grâce à des crédits jamais atteints, la Grande-Bretagne en fait autant et, le 15 février, à Trafalgar Square, un grand meeting est organisé pour la dernière journée de souscription. "PLUS QU'UN JOUR. L'ALLEMAGNE A LES YEUX SUR VOUS. ALLEZ A LA BANQUE AVANT CE SOIR" ! 


haut

L_Acier
Comme le décrit un article de "La Science et la Vie" de février-Mars 1917 :

Autant que l'or, l'acier est le nerf de la guerre

Les extractions, les transformations, les productions sont plus que décuplées ainsi, rien qu'à Saint CHAMOND, site où l'on produit Obus et canons de tous calibres, depuis le 75 jusqu'au 400, on y produit plus de 1200 tonnes de fonte par jour !
Les chiffres sont effarants, du plus gros au plus petits puisqu'il faut, grâce à des dizaines de milliers d'ouvriers et ouvrières (souvent les munitionnettes - 4000 femmes à Saint Chamond en 1917), pour un canon de 305 (pièce courante), avoir recours à une pièce de 80 tonnes de fonte soit 8 m3 , se servir de fours et de cuves de plus de 20 mètres de haut ou de profondeur pour finir avec des cotes intérieures précises au centième de millimètre !
Quelles performances et sans les outils que nous connaissons aujourd'hui ..... 




(source la science et la vie fev 17)


usine de guerre
Il a donc fallu produire mais sans cesse inventer pour augmenter les quantités et la qualité, ce fut le cas des usines de guerre. Dans celles-ci, la "robotisation " ou du moins l'assistance à la manutention était d'autant plus nécessaire que l'on était confronté à un problème de poids mais aussi à la dangerosité liée aux chocs.

Tout cela a contribué, après guerre, à une accélération des productions de matériels civils, agricoles, voitures etc... les premières chaînes de production.
haut
telephone cadran
Aller vite, passer du cheval à l'automobile et au camion, transporter de plus en plus de quantités, fabriquer vite mais aussi communiquer vite et là la téléphonie et la radio aussi ont fait de gros progrès.

Quand on voit le combiné téléphonique mural à cadran à gauche, quelle avancée. Moi qui vous parle, j'ai encore utilisé des postes avec une commande pour appeler une opératrice dans les années 1960 !

Et à droite, le central de Nice n'a rien (visuellement) à envier à nos salles réseau des années 2000 !

Le progrès était en marche ..... Il est probable que sans la guerre, tout cela aurait mis plus de temps mais nos poilus auraient bien volontiers attendu !
central
(Crédit photos - source la science et le vie Février - Mars 1917)

haut

remise en etat voitures
Les voitures en série et en quantité vont aussi faire apparaître un certain nombre d'activités nouvelles. C'est le cas des casses, des récupérations de pièces, des recyclages (oui, déjà) mais aussi, comme ici la remise en état régulière.

souvent ces postes étaient occupés par des poilus d'âge mur qui n'allaient pas au front ou encore des convalescents. Leur travail consistait à démonter complètement les véhicules qui avaient parcouru 15 jours dans tous les chemins, ornières, trous, boue etc... et de refaire "du neuf avec du vieux" mais surtout réviser, resserrer les écrous et boulons qui supportaient mal les conditions de roulage.

haut
P U B
fortifiant
Le soldat était encore un bon vecteur de publicité en ce début 1917 ! 

Que ce soit pour du vin fortifiant,

Pub_1917 pour des produits "miracle"

(on n'a pas inventé les bons prétextes au XXIème siècle !!)  
Pub_1917
Comment les mères, les femmes et les marraines ne pouvaient-elles pas céder pour tenteer d'apporter un petit plus  à ces soldats ...
protheses
Et puis, l'apparition d'une publicité qui va durer quelques décennies !
haut

cultures alternatives