RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE                     retour_page_sommaire                     RETOUR AU PLAN DU SITE 

Sommaire du Site                     Sommaire Page Emile JOULAIN                    Plan du Site

Émile   JOULAIN dit "l'Gâs Mile"

 TOUTES LES PAGES

Quelques mots à propos du poète Aller à la page L'temps des Avents                                         Nout' grouss' buch' Aller à la page
Caus' toujoûs' Gâs Mil'  : Le centenaire de sa naissance en janvier 2000 Aller à la page Feux d'harb's Aller à la page
Les fill's d'la Loére Aller à la page Lett'e aux p'titx gars d'Anjou                                          On sait-y ?  Aller à la page
Ein' politesse : histoire de clocher  Aller à la page L'phormacien                                                    Lise Laurent-Martin Aller à la page
La chanson dés joueux d'boul's Aller à la page La Nouël  (2018) Aller à la page
Les boeufs Aller à la page Hommage d'outre-Atlantique Aller à la page
Passeux d'Loér' Aller à la page Eine ile de Loère ICI

Hommage aux Cadets de Saumur
Eine île de Loère
Sous l'image, une lecture personnelle du Rimiau éponyme écrit par Emile JOULAIN, sur l'île, les lundi et mardi de Pâques 1952 (son fils, mon presque jumeau, et moi-même étions sur le point de voir le jour) ainsi qu'un extrait vidéo d'un excellent documentaire télévisé et le lien pour le visionner dans son intégralité.

Eine_ile_de_loère

Vous trouverez, dans ce site, à la rubrique de l'album "La LOIRE", une page consacrée au pont de Saint Mathurin-sur-Loire qui a également été détruit par le Génie le 19 juin 1940, (il en fut de même tout le long de la Loire, ceci afin de ralentir la progression des Allemands).

Emile Joulain, le poète patoisant n'a pas pu rester muet face au courage et à l'abnégation des Cadets de Saumur, lesquels ont défendu jusqu'au dernier instant l'île située entre les deux rives après avoir fait sauter les ponts Nord et Sud (photo).

Je vous livre donc ici une (modeste) lecture de son poème qu'il dédia aux Cadets.
 

Une île de Loire - Lundi et mardi de Pâques 1952,  Île de Gennes.            -           En parallèle, vous pourrez suivre en français, le texte lu en patois :
À la mémoire du lieutenant Jacques  Desplats et de ses camarades, tombés au champ d’honneur dans l’île de Gennes, le 20 juin 1940.
Il n’y a pas de plaisir où il y a de la gêne,
Pas vrai, les filles, les gars fiers,
Qui êtes venus, un beau jour, à Gennes,
Goûter le beurre blanc des Dames Bareau ?

Vous avez, parce qu’ils sont célèbres,
Monté, comme vos pères, les pèlerins,
Au clocher tout blanc de Saint-Eusèbe,
Au clocher gris de Saint-Vétérin.

Vous avez regardé la vallée :
La Loire avait mis, pour le beau temps,
Sa robe de mariée, déroulée,
Sous les grandes arches vertes du printemps.

Puis vous avez traîné dans l’île ;
Il faisait bon, il faisait clair ;
Il y avait, bien haut, sous le ciel tranquille,
Un tremblement de chaleur dans l’air.

Tout d’un coup, en travers les branches,
Vous avez quasiment buté,
Entre deux troncs, sur une croix blanche
Qui a poussé là, depuis un été.
Cet été-là, comme sous un orage,
L’eau était toute morte, sans courant ;
Et même ceux qui avaient du courage
Marchaient sur les routes en se serrant.

Ils se sont battus, cent contre mille ;
Ça sentait bon l’odeur du foin ;
Une île toute verte… une petite île…
Une île de Loire… un soir de Juin…

Dans la vallée mûrissaient les poires,
Mais leurs fruits à eux étaient mûrs ;
C’est comme ça, dans une île de Loire,
Qu’ils sont morts, les Cadets de Saumur.

Ils ne sont pas morts pour sauver le monde,
Ni même la France, ni même l’Anjou,
Mais parce que la grève était blonde
Et parce que le soir il était très doux.

Pour qu’il y ait encore, sous le béret basque
Des bonnes goules de petits gars heureux,
Leurs yeux guettaient, plus durs sous le casque,
Les champs et les arbres de chez eux.
Pour qu’il y ait encore des blondes, des brunes
Égaillées dans les mêmes prés verts,
Eux aussi, couchés sous la lune,
Ils l’ont regardé le ciel, à l’envers.

Pour qu’il y ait encore des pas qui sonnent
Et des autos sur le pont suspendu,
Leur petite croix blanche, où ne va personne,
Fait signe, là-bas, de ses bras tendus.

Pour qu’il y ait encore, dans de vieilles auberges,
Des anguilles de Loire et du vin blanc,
Et des bagnoles larges comme des barges,
Et de grands chiens noirs sur le siège de devant ;

De beaux dimanches, de la vie, des Pentecôtes,
Des lundi de Pâques ; pour qu’il y ait encore
Des groupes de personnes, qui montent la côte
De Saint-Eusèbe, des jeunes gars sont morts,

Dans une île.. une île entre mille
Qui sentait bon l’odeur du foin ...
Une île toute verte… une petite île…
Une île de Loire… un soir de Juin…

haut de page

Extrait du documentaire télévisé
"LA BATAILLE DES CADETS DE SAUMUR",
ciblé sur la partie des combats entre Gennes et Les Rosiers sur Loire et correspondant à l'hommage rendu par cette page.
Le documentaire intégral LA BATAILLE DES CADETS DE SAUMUR
(RMC découverte avec la participation Equidia Life / LCP-Assemblée Nationale - Siècle Production / France Télévision 2016) et introduit par le synopsis:

"Malgré l´annonce de l´armistice par le Maréchal Pétain en Juin 1940, les jeunes cadets de l´Ecole de Cavalerie de Saumur refusent de cesser le combat. Pendant 3 jours, armés de peu de moyens, ces jeunes hommes courageux défendent un secteur de 35 kilomètres le long de la Loire, comprenant 4 ponts et la ville de Saumur. A 2 000 hommes contre 20 000, ils infligèrent de lourdes pertes à la Première division de cavalerie Allemande, et permirent sans doute de retarder l´avancée de l´ennemi. Ce documentaire revient par le détail sur ces 3 jours d´héroïsme militaire avec le concours de reconstituants sur les lieux même des affrontements, avec les témoignages de témoins."

est à visionner sous ce lien (je ne garantis pas la pénénité de ce lien externe qui dépend du diffuseur - visible dans les replay) :
https://www.dailymotion.com/video/x78cequ?fbclid=IwAR2l-tdL2peJEdGDYD9Y7rWf7qmrt6RtcIg8xrZ0Bsc-cy2yQeal0pwtf-E


haut de page

Vous trouverez ses oeuvres dans toutes les bonnes librairies et en particulier le livre le plus connu "Rimiaux d'icitt', rimiaux d'laut' bord" et ce dernier dans "RIMIAUX" Atelier d'Art Philippe Petit.
(Merci Emile-André)
dedicace
Belle dédicace ! Et j'y tiens

cultures alternatives