RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE                     retour_page_sommaire                     RETOUR AU PLAN DU SITE 

Sommaire du Site                     Sommaire Page Emile JOULAIN                    Plan du Site

Émile   JOULAIN dit "l'Gâs Mile"

 TOUTES LES PAGES

Quelques mots à propos du poète Aller à la page L'temps des Avents                                         Nout' grouss' buch' Aller à la page
Caus' toujoûs' Gâs Mil'  : Le centenaire de sa naissance en janvier 2000 Aller à la page Feux d'harb's Aller à la page
Les fill's d'la Loére Aller à la page Lett'e aux p'titx gars d'Anjou                                          On sait-y ?  Aller à la page
Ein' politesse : histoire de clocher  ICI L'phormacien                                                    Lise Laurent-Martin Aller à la page
La chanson dés joueux d'boul's Aller à la page La Nouël  (2018) Aller à la page
Les boeufs Aller à la page Hommage d'outre-Atlantique Aller à la page
Passeux d'Loér' Aller à la page Eine ile de Loère Aller à la page

Histoire de clocher  (anecdote)      -        Ein' politess' (rimiau) 

Comment prononcer une politesse : Ein' politess'  

Clocher


Anecdotes racontées par Papy-Louis

Quelques temps avant de quitter la maison familiale, entre 2000 et 2006, alors que Papy-Louis travaillait dans son jardin, il a ai vu, non pas l'Archange du Mont Saint Michel , mais une nacelle à la pointe du clocher du village.
Le technicien d'une entreprise changeait le paratonnerre à près de 50 mètres de hauteur.

Il n'a pas pu m'empêcher de penser à deux évênements de sa vie :

- l'un qui s'était déroulé au même endroit et pour la même raison en .... 1920 !!,  sous ses yeux ébahis, pendant la récréation, depuis la cour de l'école.

- l'autre : un rimiau écrit par son ami et cousin "l'Gâs Mile" qui s'intitule "Ein' politesse" et qui relate les exploits d'un "équilibriste de clocher".
 

  

Histoire de 1920 : Papy-Louis était donc dans la cour de récréation, probablement en classe préparatoire au certificat d'étude, lorsque le chant d'un ouvrier lui fit lever la tête ( les bruits de moteurs n'étaient pas nombreux et la moindre conversation s'entendait à distance). Deux couvreurs du village, sans grue évidemment, mais en haut d'un échaffaudage impressionnant de hauteur, se trouvaient au pied du paratonnerre pour "ré aimanter" disait-on à l'époque ce paratonnerre endommagé par l'orage de la nuit précédente.
Il faut dire que cette nuit-là, un orage d'une rare violence les avaient tenu éveillés dans le grand dortoir du pensionnat (son père était décédé en 1914 et sa mère était hospitalisée, il était donc pensionnaire dans son propre village). Il se souvenait très bien qu'ils tentaient de se cacher sous les draps qui laissaient passer la lueur des éclairs. Sa surdité n'était pas là et lorsque la foudre tomba sur le clocher, à  50 m du dortoir, le bruit fut impressionnant; ils avaient tous eu très peur.
Maintenant, on ne ré aiamnte plus les paratonnerres mais on place (normes obligent) un capteur de cuivre à sa pointe.Ce fut la raison de l'intervention de la semaine passée.

Ein' Politesse : Dans le village, comme dans beaucoup de petits villages ruraux, tout le monde se connait et , Emile avait écrit un "rimiau" caricaturant la politesse ou l'échange verbal qui caractérise la population rurale. 
Généralement, Emile se servait d'un fait existant ou ayant existé pour croquer de sa plume, comme un peintre sous son pinceu, des comportements et c'est le cas pour ce rimiau qui fait  référence à des ouvriers travaillant, non pas pour changer un paratonnerre, mais à ravaler la façade de l'église.
Il aurait pu appeler son rimiau "la politesse des derniers instants".


 EIN' POLITESSE
 

haut de page

cultures alternatives