RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL              retour_page_sommaire              RETOUR AU PLAN DU SITE 



É M I L E   J O U L A I N     dit    "L'Gâs Mile"

Caus' toujoûs' Gâs Mil'
Le centenaire de sa naissance en janvier 2000 
Les fill's d'la Loére
Ein' politesse : histoire de clocher
La chanson dés joueux d'boul's
Les boeufs ! (ma première lecture)
L'temps des Avents
Quelques mots sur Emile Joulain

Mon fils qui m'aide à réaliser ces pages et qui a toujours eu une certaine attirance pour la langue de nos anciens l'avait rencontré quelques mois avant son décès. A cette occasion, Émile, dit "l'gâs Mile" lui avait dit :"Si tu savais comme cela me fait plaisir de savoir que des plus jeunes continueront à transmettre le patois angevin". 

Aussi, lorsque le 15 Janvier 2000, une soirée fut organisée pour le centenaire de la naissance du gâs Mile et qu'on demanda à mon fils de participer, il choisit de "dire" en hommage à "Gâs Mile"et aussi pour que ce patois angevin continue à être entendu :

CAUS' TOUJOÛS GÂS MILE 

Présentation lors de la soirée : Préambule  :

TEXTE INTEGRAL

La qualité sonore est de petite qualité ( enregistrement en public par un petit enregistreur de poche), mais comme c'était du "live", comme on dit; je ne voulais pas vous en priver.

I

A m'sur qu'on vieillit et qu'on s'rabulote

Et qu'les bonn's années é's tir'nt sû leû fin,

On ernaud' sû'tout', on r'nâcle, on radote

Et j'sais ben qu'les jeun's vous trouv'nt l'ai point fin.

I's l'dis'nt point, mais l''vieux a l'oreill' subtile,

Mêm' sans qu'i's guermoullent tout entr' leûs dents ,

J'les entends ben dir'' c'qu'is pens'nt en leû d'dans :

II

C'est vrai qu'y'a trop d'chou's, voul'-vous que j'vous l'dise,

Ou qu'ont changé d'mode ou qu'ont foutu l'camp :

L'patoès d'ma grand'mère et l'latin d'l'Eglise

Et tous les tracteûrs qu'ont tué les carcans.

J'dis pas qu'c'est point c'mmode, ni qu'c'est moins utile,

Mais c'empêch' point l'vieux d'grogner dans son coin

Et les jeun's de dir', quand on l'z'entend point :

"Caus' toujoûs, gâs Mile !"

III

Pardi! on l'sait ben qu'faut qu'la mode é'change ;

Faut qu'tout évolu, on l'sait, faut c'qui' faut !

On l'sait ben qu'les p'tits, faut qu'les grous les mangent

Et qu'sous l'ciment gris faut néyer l'tuffeau ;

On l'sait ben qu'i' faut causer comme en ville

Et qu'les jeun's caus'nt pû nout' patoès, on l'sait !

Sans qu'pour ça, dailleûrs, i's caus'nt mieux l'français !

IV

On l'sait qu'c'est fini d'rêver sous la leune

D'Alfred de Musset ou d'Edmond Rostand

Mais c'empêch'ra point qu'vieilliront les jeunes,

Ni l'jour de s'lever, ni d'fleuri' l'printemps.

Sous l'toèt où l'ardoèss' f'ra place à la tuile,

C'empêch'ra point l'mond' d's'aimer ou d's' hayi,

Quant' y' aura pûs d'mond' pour dir' dans l'pays,

"Caus' toujoûs, gâs Mile !"

Alôrs, quant' y'aura, dans l'fond des mémoères,

Pûs ren du vieux temps, pûs ren d'noût souv'ni',

Quéqu'ein r'trouv'ra p'têt, dans quéqu' vieille ormoére,

Ein vieux disqu' rayé, ein vieux liv' jauni ;

J'os' point espérer qu'par ein soér tranquille,

Ein gâs " évolué ", ou ein' fill' " dans l'vent ",

Mais sans pûs s'en fout', dira, en rêvant :

"Caus' toujoûs, gâs Mile !"

Pas facile à lire, n'est-ce pas ? ....


 

cultures alternatives