RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE             retour_page_sommaire           RETOUR AU PLAN DU SITE


É M I L E   J O U L A I N     dit    "L'Gâs Mile"

Les fill's d'la Loére 
Ein' politesse : histoire de clocher
La chanson dés joueux d'boul's
Les boeufs ! (ma première lecture)
L'temps des Avents
Quelques mots sur Emile Joulain 
Caus' toujoûs' Gâs Mil'  : Le centenaire de sa naissance en janvier 2000
Vous pouvez aussi découvrir le thème sur la Loire avec photographies illustrant son histoire et ses caprices au cours du siècle passé

CETTE PHOTO N'EST PAS ANIMEE? DEUX POSSIBILITES : SOIT VOTRE NAVIGATEUR NE VOUS PERMET PAS DE VISUALISER LES APPLETS JAVA (modifiez les paramètres dans options internet) SOIT VOUS NE POSSEDEZ PAS L'OUTIL JAVA.Rendez vous sur le site: http://java.com/fr/download/manual.jsp

Emile Joulain a toujours chanté sa Loire. Combien de fois a-t-il pu faire la route de 14 km aller-retour avec sa "jument verte"  son vieux vélo que des blagueurs avaient peint en vert : "Son véloce" !

Pédalant très lentement, à la limite de l'équlibre, il traversait la plaine d'alluvions entre l'Authion et la Loire et allait poser son "véloce" le long  du parapet de la Loire pour admirer le soleil se lever ou plus souvent se coucher.

Emile_Joulain_Loire
à Saint Mathurin devant le pont reconstruit après la guerre

Quand le temps était plus propice, il allait vers la Ménitré ou remontait vers la Bohalle et quand la chaleur était au rendez-vous, il traversait vers Saint Rémy La Varenne pour se diriger vers le Thoureil et Saint Maur afin d'admirer "SA" Loire dans la fraicheur au pied du coteau ombragé.
Il
la personnifiait et l'aimait profondément; il n'hésitait pas à la qualifier de maîtresse. Pour lui, ce fleuve Royal était plus qu'un fleuve, il vivait et le faisait vivre.

Si je fais état du fleuve Royal, c'est aussi parce que la Loire véhiculait, encore à ses tympans le vieux "françois des Roés", l'ancètre de notre patois d'aujourd'hui. c'était donc la voix des anciens, la sagesse, la vérité.

De plus, la Loire a cette particularité de passer du lit sec et ensablé de l'été, à la force et la capacité de terrasser toute la vallée, comme elle l'a déjà fait en certaines périodes de crues.  Entre ces deux états, elle coule doucement en caressant les grèves et les iles et sert de miroir à tous les astres, de jour comme de nuit.  

On la retrouve présente dans beaucoup de ses rimaux, à chaque état d'âme. Son plus bel hommage où la femme et la Loire ne font qu'un c'est bien sur  : " Les fill's d'la Loére"

Sous la bannière, vous pouvez écouter un extrait des "fill's d'la Loéreé interprété par mon fils François.
Vous pouvez lancer la lecture ( >) du rimiau, faire pause (II) ou arrêter ( █ )

  
cultures alternatives