RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE                     retour_page_sommaire                     RETOUR AU PLAN DU SITE 

Sommaire du Site                     Sommaire Page Emile JOULAIN                    Plan du Site

Émile   JOULAIN dit "l'Gâs Mile"

 TOUTES LES PAGES

Quelques mots à propos du poète Aller à la page L'temps des Avents                                         Nout' grouss' buch' Aller à la page
Caus' toujoûs' Gâs Mil'  : Le centenaire de sa naissance en janvier 2000 Aller à la page Feux d'harb's Aller à la page
Les fill's d'la Loére Aller à la page Lett'e aux p'titx gars d'Anjou                                          On sait-y ?  Aller à la page
Ein' politesse : histoire de clocher  Aller à la page L'phormacien                                                    Lise Laurent-Martin Aller à la page
La chanson dés joueux d'boul's Aller à la page Nouël sus la Loére, Un gârs est v'nu dans l'temps, V'nez don' divin Messie Aller à la page
Les boeufs Aller à la page Hommage d'outre-Atlantique Aller à la page
Passeux d'Loér' Aller à la page Eine ile de Loère Aller à la page
I' gèle ! Aller à la page La Pâssion d'not' frér' le poélu (Marc Leclerc - son Maître) Aller à la page
V'la la Piée ! ICI



V'la la Piée  (Voilà la pluie)
La Pie sous la Pluie
Une Pie sous la pluie

ou en patois

Ein' Pie sous la Piée

Giboulées de mars : Il pleut des cordes en ce début de mois !
La pie, dite voleuse a "emprunté" un refuge pendant un des déluges du jour et a dû apprécier car elle est revenue, en compagnie, pendant des averses suivantes.


Ci-dessous : Poème (Rimiau) écrit par Emile et modestement dit par François pour la transmission des racines de notre langue.

Vous pouvez l'écouter par paragraphes en suivant la signification en parallèle ou l'écouter en entier, lien en bas de page.
 

Voilà la pluie

Il y a un rond autour de la lune,
Et le baromètre baisse, les gars !
Et tout le monde, les vieux, les jeunes,
Disent : "Entendez-vous le bas-pays" ?
Les trains qui suivent la grande ligne,
Le vent nous appporte leur sifflet.
C'est de la pluie, le signe de tout ça;
Depuis le temps qu'on l'attendait !
On peut l'appeler Désirée,
Cette belle pluie qu'on espérait tant ;
Des mois que de partout on entend :
"Ce serait pourtant un beau temps,
Une bonne pluie ! "

Ca y est ! Voilà les premières gouttes ;
Les gars ! C'est le moment de rentrer !
Au lieu de trainer sur les routes,
Il va faire bon se calfeutrer !
Voilà les poules qui battent des ailes !
Ce n'est encore qu'un brouillard qui suinte ;
Mais ça mouille quand on est desssous.
Nous aurions une bonne averse
Que ça ne m'étonnerait pas, je vous le dis,
Voilà le temps qui se couvre
Et le vent qui se refroidit !
C'est de la pluie !

Ne me tuais-je pas à vous le dire ?
Voilà la pluie qui tombe à seaux.
De ce coup-là, ce n'est plus pour rire,
Et ça coule à pleins ruisseaux !
Ce n'est pas qu'il n'y a pas où la mettre ;
Les sources sont basses, depuis le temps.
Pour que la terre se prête aux labours,
Il faut qu'elle trempe avant le printemps.
Mais, en ce moment , elles est trempée ;
Ils ne la vendent pas, ils donnent l'eau ;
Ça tambourine aux vitres,
Ça refoule dans le caniveau,
C'est la pluie !

Dès qu'on sort, le vent, il vous fauche ;
Ça devient un vrai ruisseau ;
C'est comme ça quand le temps se débauche
On voulait de l'eau, on en a !
Il y en a qui ne trouvent pas ça drôle :
Le facteur qui va patauger,
Et, en s'en revenant de l'école,
Les enfants qui vont se mouiller !
Puis, au lieu d'une telle averse,
Voilà plutôt ce qu'il nous faudrait :
Une bonne petite pluie douce qui tomberait,
Pas à seaux, sans vent, bien droite ;
Une bonne pluie !

Et puis, il faut bien dire une chose :
C'est que nous ne sommes jamais contents,
Que nous soyons dans l'eau, dans la boue..,
Ou même que nous ayons du beau temps !
Combien de fois on entend dire,
Quand l'été est excessivement sec :
"Ce soleil-là, il  va tout cuire,
Tout le monde va claquer du bec !"
Là, alors que ça tombe à seaux,
On rouspète encore plus fort :
"On ne peut pas mettre le nez dehors,
Et nous allons encore nous noyer !
Sacrée pluie "!

Il faudrait plus de philosophie !
On devrait pourtant le savoir :
Dans nos champs comme dans la vie,
Chaque saison amène son temps.
De brailler, on n'arrange rien ;
A quoi cela sert ? Apès ce temps-là,
Il faut croire qu'il y en aura un autre ;
En fin de compte, tout s'arrangera.
Pour qu'après Pâques, chaque mariée
Elle ait le lilas qui l'attend,
Les cris des oiseaux qu'on entend,
Pour qu'il y ait encore des printemps,
Il faut de la pluie !

22 décembre 1945


Version attachée :

haut de page

Vous trouverez ses oeuvres dans toutes les bonnes librairies et en particulier le livre le plus connu "Rimiaux d'icitt', rimiaux d'laut' bord" et ce dernier dans "RIMIAUX" Atelier d'Art Philippe Petit.
(Merci Emile-André)
dedicace
Belle dédicace ! Et j'y tiens






Vous êtes le ème visiteur.