RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE                    RETOUR AU PLAN DU SITE

page_apprentissage de la conduite page apprentissage de la conduite
page_apprentissage de la conduite Alcool et conduite au fil des années
Panhard et Levassor
LA PANHARD 24 BT du webmestre
Présentation, émotions, vidéos, sonsun peu d'histoire et de caractéristiques techniques
1965_Panhard_24BT

haut de page
24BT_starter 24BT_parti
V'la qu'j'ai plus ma tête ! Il est où ce starter Voilà, c'est parti !

REGARDEZ et ECOUTEZ ce bicylindre qui sautille sur ses silentblocs...

haut de page

Histoire et caractéristiques techniques (Sources Panhard et wiki)

La marque :

Une marque très prolifique pendant près de 80 ans, voici quelques exemples

C'est une marque qui a travaillé et travaille pour l'armée française (*)
21 véhicules recensés (liste non exhaustive wiki)
106 modèles recensés entre 1892 et 1940 !
Avant la guerre de 14-18, Panhard est le premier constructeur français, loin devant Renault. 
Panhard Panhard Panhard Panhard Panhard
Panhard-Levassor
1er conducteur militaire 1897
Blindé léger années post 2000 Grand Prix 1908 35CV 1926 217 Km/h 1934 Panhard-Levassor
6DS 20 CV - 1930
Panhard Panhard Panhard Panhard Panhard
Panhard Dynamic 1937 Panhard Dyna Junior 1953 PL 17 cabriolet 1960 PL 17 1960 CT 24 1965
Et 8 types avec plusieurs déclinaisons entre 1946 et 1967 !

(*) Panhard développe et produit des véhicules militaires depuis 1906. Détenu par le groupe PSA Peugeot Citroën, Panhard a été cédé en février 2005 à son concurrent Auverland et la nouvelle entité a pris le nom de « Panhard General Defense ». Panhard comptait un effectif de 350 personnes à la fin 2010 et réalisait plus de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires. En octobre 2012, alors qu'elle employait 330 personnes et avait un chiffre d'affaires de 81 millions, elle est rachetée par Renault Trucks Defense et devient « Panhard Defense ». 

Que de chemin parcouru depuis les premiers pas de François-René Panhard qui était venu à Paris travailler comme sellier, puis comme carrossier. Son fils René s'est associé avec Perin en 1867, pour fonder la Perin, Panhard & Cie. René Panhard fit appel, en 1872, à l'ingénieur Émile Levassor, son condisciple de l'École Centrale qui devient actionnaire de la Perin, Panhard & CieEn 1886.
A la mort de Jules Perrin, la raison sociale de l'entreprise devient « Panhard & Levassor ».

La Panhard 24 BT  :

Globalement, la 24 est une voiture très appréciée : elle est assez vive et dynamique (sur le plat ! ), consomme environ 6l/100 km et son comportement routier est impérial. Le problème vient de sa motorisation, trop modeste en regard de sa ligne sportive et élégante. Techniquement, ce moteur datant de 1947 a été poussé dans ses derniers retranchements par les ingénieurs Panhard, mais avec des économies de moyens entraînant une baisse progressive de la fiabilité au fur et à mesure de son évolution. Certaines évolutions tenaient plus du bricolage qu'autre chose. Le moteur ne s'exprime que dans les hauts régimes et manque beaucoup de souplesse, accentuant encore le caractère Panhard de cette mécanique. La conduite est très particulière, ne pas maîtriser toutes ses subtilités entraîne une dégradation rapide du moteur et de la boîte.

Quelques caractéristiques techniques :

Bicylindre à plat en porte-à-faux avant refroidi par air avec turbine et carénage intégral de cylindrée : 848 cm3
Moteur Tigre M8S, 50 ch DIN (60 ch SAE) à 5 750 tr/min, 7,5 m.kg à 3 300 tr/min, vitesse maxi : 150 km/h ou 147 km/h (BT)

Il est à noter que le moteur Tigre, testé et mis au point pour Le Mans lors de 24h a fait l'objet de séances de publicité avec Pascale Audret assise sur une Panhard et tenant un tigre dans ses bras !

Rien à voir mais époque commune avec la publicité de la marque Esso dans les années 60

Boîte de vitesses à 4 rapports synchronisés, marche arrière.

Caisse autoporteuse avec une structure en caissons, tubes d'acier et plancher plat. Le toit rigide est porté par 4 flèches d’acier qui plongent dans cette structure. Les montants de l’habitacle sont donc réduits à leur plus simple expression, et la visibilité est optimale.

Suspension avant : roues indépendantes, deux ressorts à lames transversaux superposés, amortisseurs télescopiques ;
Suspension arrière : roues indépendantes à barres de torsion, amortisseurs télescopiques.

Freins :   À partir des modèles 1965, les BT sont équipées de freins à disques, les roues avant ont même 2 étriers par disque. Le freinage, bien que nécessitant un effort important à la pédale, devient bien plus rigoureux.

Fin de vie :

Panhard avait prévu une berline 4 portes, espérant un revirement de Citroën, et aussi envisagé un cabriolet et un break. Tous ces projets tomberont à l’eau. Les bureaux d’étude se verront même refuser des projets d’hybridation, moteur DS et châssis mixte DS et 24 sous caisse de 243 ; ou encore DS avec moteur de 24. Il fut même testé un véhicule équipé du moteur et des suspensions de la Citroën SM et carrossé avec une caisse de 24 développant 240 ch DIN pour près de 240 km/h !

Panhard 24 CT/DS prototype de 1967 (au Conservatoire Citroen 109).

La production des 24 cessera le 20 juillet 1967.

Rares sont les marques automobiles dont l'ultime modèle est un véhicule aussi inédit et abouti.

haut de page

cultures alternatives