RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL                                                RETOUR AU PLAN DU SITE 

1939 1939 1940
PERIODE SUIVANTE ALBUM 40/45
PERIODE
SUIVANTE
ALBUM
1940/1945
1939_OrdredappelSite.jpg
1939_Ordre d'appel
I - VOUS Y ETES Le rappel du contingent
II - Drôle de guerre Drôle du guerre
III - A l'amirauté A l'Amirauté
IV - De l'Angleterre au Maroc De l'Angleterre au Maroc
V - Correspondance aux armées La correspondance aux armées
VI - La démobilisation La démobilisation

La démobilisation  I - 1939 -  Le rappel du contingent - Drôle de guerre

Mobilisation pour une guerre probable

Le 25 Août 1939, c'est la Saint Louis, on annonce le rappel de certains contingents. Le 28, je reçois mon ordre d'appel à 10h30 du matin et je pars ausitôt de la gare la plus proche.

1939_OrdredappelSite.jpg
1939_Ordre d'appel
Vous mesurez l'angoisse à la lecture de ces mots "immédiatement et sans délai" "plus rapidement possible" "recrutement des armées de terre et de mer" (mon mariage était à ce moment programmé, il fallait donc attendre une hypothétique permission avec une guerre qui se profilait) 1939_OrdredappelVersoSite.jpg
1939_Ordre d'appel Verso

La journée du dimanche 27, le moral n'est pas au beau fixe, nous savons que la marine est rappelée dans les premiers et je m'attends à un ordre par la gendarmerie d'une heure à l'autre. J'essaye de rassurer ma fiancée, nous regardons des photos du régiment, je lui montre les lieux sur lesquels je retournerai sans doute; est-ce aussi pour me rassurer moi aussi ? Probablement.
C'est le 28 au courrier, à 10 h 30 que je reçois mon ordre d'appel sous les drapeaux. Je prends le train à la gare la plus proche aussitôt après déjeuner.
J'arrive à Lorient le soir même à 22h30.
La guerre n'est pas déclarée mais la pagaille est déjà là, nous nous faisons connaître au troisième dépôt des équipages, nous sommes un groupe important et la place manque pour nous coucher. On nous prie d'aller coucher en ville pour revenir le lendemein à huit heures pour l'appel.

1939_2808GareLorient.jpg
2808 1939_Gare de Lorient

La gare de Lorient le 28 Août 1939

La ville telle qu'elle nous est apparue

1939_2808rappelContingent.jpg
2808 1939_Lorient

Dans les rues, les gens s'affairent, font des réserves, s'inquiètent.... les uns tiennent des propos rassurants et les autres alarmants comme dans la vie de tous les jours mais cela prend de telles proportions dans ce contexte ...

1939_Livret matriculeSite.jpg
1939_Livret matricule
Quitter ses vêtements civils, porter l'uniforme, se voir remettre ce livret matricule et son affectation .... vais-je revenir ou avoir le même destin que mon père ? 1939_Livret matriculeSite2.jpg
1939_Livret matricule Recto

Au lendemain de l’arrivée au dépôt, nous  essayons nos uniformes. Nous touchons nos tenues N° 1 et  de travail ainsi qu'un sac de matelot et une couverture et un hamac. Ce paquetage nous était affecté et devait nous suivre dans nos déplacements. Mon cousin Pierre d’Ecouflant, incorporé avec moi reçut, ce jour, un banc sur le gros orteil.


Extraits du journal tenu par ma fiancée

Pendant ce temps, à la maison, les femmes s'inquiètent, les
 évènements ne sont pas plus encourageants que les rumeurs


Depuis la caserne, on essaye d'envoyer
des nouvelles rassurantes

Premières impressions en arrivant à Lorient
le 29 Août 1939

Ma fiancée note jour par jour et heure par heure les nouvelles qui tombent. La mobilisation générale annoncée, affichée, les réquisitions, les déclarations de guerre .... eet l'inquiétude monte.

Le lendemain, c'est le moment des scéances de vaccination à l'infirmerie (antitétanique et typhoïde) puis diète et repos pendant 24 heures.  Ensuite, nous sommes séparés par la formation des différentes compagnies. Le capitaine demande des volontaires pour monter les gardes des entrées du dépôt et de l'arsenal (en tenune N°1 obligatoire) pendant que le "gros" de la compagnie se déplacerait dans les parties extérieures : poudrières, usines, dépôts de carburant, champ de manoeuvres des fusillers marins...  Ne tenant guère passer mes journées à saluer les officiers entrant et sortant, j'opte pour la compagnie de garde extérieure. Mon premier poste est à Pen Mané, à la radio, de l’autre côté de la rade. Un matelot nous conduit en vedette, sur le Scorf , avec un maître, un second maître et deux quartier-maîtres, pour faire les rondes.

Les nuits suivantes, nous couchons côte à côte, sur de la paille, au dépôt des équipages, dans un dortoir non aménagé, en attendant que d'autres se vident pour accrocher nos hamacs, au fur et à mesure des embarquements dont nous entendons parler mais pour lesquels nousne connaissons pas les destinations.

Journal début septembre 39

                                           Les réfugiés chez ma future belle-mère

Les premiers jours, pour ceux qui restent,  les
occupations consistent à se préparer au pire, les premiers réfugiés arrivent du Nord et de Paris.



13/09/1939 : 2ème carte à "mes femmes":
 ma mère, ma gd mère et ma fiancée


C’est de Pen Mané que j’aperçois,  en face, le garde champêtre coller les affiches de la mobilisation générale à l’embarcadère de Locmiquelic (à embouchure de la rade, embarcadère pour la citadelle de Port Louis - lieu d’affectation de mon cousin à la  D.C.A -).

1939_GardeLorientSacQueven.jpg
1939_Garde à Lorient SacQueven

Prendre son poste, faire connaissance ... heureusement, les difficultés soudent les hommes. Me voici donc affecté à la garde.

Voici la vue sur une partie de la rade de Lorient que nous avons gardée.

1939_0209RadeLorient.jpg
0209 1939_Rade de Lorient

J'ai également eu à effectuer des gardes sur les sites de :
- l'arsenal
- l'usine du port de pêche
- Priatec
- Tréfaven
- Mentec
- Sac Queven
- du champ de manoeuvres.

Voici donc les déplacements qui furent les miens pendant toute la durée de la "DROLE DE GUERRE" (objet du chapitre suivant).
Voir la vidéo sur Lorient 65 ans après.

cultures alternatives