sommaire du site  Album - retour sommaire album - La Loire  retour plan du site


précédente  Pages 1 à 12 de l'album  suivante

NOUEL SU' LA LOÉRE...
(
Emile Joulain - Noël 1970 - à écouter sur la page dédiée)

La Loér' déborde... Y'où qu'sont les grèves
Des jours d'été ? ... Y'où qu'est l'bon temps
Des soèrs d'été ? ... Y'où qu'sont les rêves
Qu'on faisait, les matins d'printemps ?
Les batiaux noérs, comm' des gondoles,
Dans'nt enter' les frên's en bouillards
Et l'gel accroch' ses girandoles
Dans les candélâb's des léyards.
La Loér' déborde...  é' lich' les barges,
Et lap' comme ein chien assoéffé,
Et, en pâssant, é' piqu' des charges
Sû' l'pont, qui n'peut point se r'biffer.
La Loér' déborde... é' mang' les boéres...
Et, en l'z'Avents d'Nouël, j'songe à ceux
Qui sont môrts, dans l'temps, sû' la Loére
Y'où qu'tren' l'âm' de Charlot, l'pâsseux... "

2019_12_22_crues
Calme entre deux tempêtes
haut de page
2019_12_22_crues
Comparez avec le niveau du mois de juin de cette même année, alors que le sable remontait dans la Maine !

Ici MAINE et LOIRE ne font plus qu'une !

haut de page
De ce fait, même le saule "Morse de Loire" est désorienté : il ne trouve plus son chemin sur la table d'orientation !
2019_12_22_crues 2019_12_22_crues


haut de page
Non, ce n'est pas le Saint Laurent mais bien la Loire juste avant le confluent de La Pointe Bouchemaine
2019_12_22_crues
haut de page
Et les m3 tourbillonnent et défilent comme les jours de cette année qui se termine
2019_12_22_crues

Un peu de verdure arrive encore à s'accrocher au creux de l'arbre mais il ne reste que peu de temps désormais, si l'eau continue de monter.
crues_Loire_2019_12
haut de page
Dans un jardin, de l'autre côté du confluent, un ligérien profite du fait que l'eau n'a pas encore envahi son jardin afin de faire un "feu d'herbe"
(lire et écouter le poème d'Emile Joulain)
crues_Loire_2019

 haut de page

AU GUI L'AN NEUF
Les druides celtes coupaient le gui supposé sacré en disant "o ghel an heu" soit : "que le blé germe", au moment du solstice d'hiver. Plus tard, au moyen âge, l'expression s'est transformée en l'expression connue et prononcée par les enfants qui faisaient l'aumône (leurs étrennes en quelque sorte), bien que les chrétiens aient tenté de chasser cette fête païenne. Ainsi, ces derniers tentèrent de remplacer le gui par le houx pour la fête chrétienne de Noël.  Depuis, le houx reste plutôt associé à Noël et le gui au 1er janvier et s'embrasser sous une boule de gui reste un symbole de voeux de prospérité.

Au gui l'an neuf

haut de page


Vous êtes le ème visiteur.