RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE                                   Retour page Pupille de la Nation                                  RETOUR AU PLAN DU SITE
Retour Sommaire du Site                 Retour Sommaire Album 1932-1939                Retour au Plan du Site

Page précédente dans l'albumpage précédente                                                       page suivantePage suivante dans l'album

DU SOU À L'EURO

Petite parenthèse dans l'album 1932-1939 pour faire un voyage numismatique du "sou" à l'euro.
Des sites spécialisés vous parleront bien mieux que moi des monnaies depuis l'antiquité jusqu'à nos jours mais, Papy-Louis ayant connu les pièces des  fonds de tiroirs de ses grands-parents et ayant par ailleurs connu les anciens francs, les francs lourds et l'euro, il est intéressant de s'y attarder.
Papy-Louis m'avait laissé quelques éléments pour en parler et c'est en retrouvant une pièce (d'un très bon millésime, je vous le confirme) que j'ai décidé de mettre en page ces quelquers éléments témoignant de quelques étapes de la monnaie depuis la Révolution jusqu'à notre époque contemporaine  :
- L'ancien Franc
- Le nouveau ou "Franc lourd"
- Conversions, relativité
- Monnaies un peu plus anciennes depuis la Révolution
- Le " Sou "
- Monnaie de nécessité
- Monnaies particulières


L'ancien Franc :

50_francs_1952
Bronze - 27 mm de diamètre - Guiraud

Retour haut de page

Le nouveau franc ou franc "lourd"
C'est donc au 1er janvier 1960 que les anciens francs ci-dessus ont laissé place aux nouveaux francs encore appelés francs "lourds" car ils représentaient 100 fois plus que la valeur afffichée au temps de la conversion.

Anciens_francs = Nouveaux_francs

      

Retour haut de page

On a vu alors apparaître, comme précédemment avec l'ancien franc, de belles pièces d'argent. Celles-ci ont été retirées car elle "valaient plus en valeur métal argent qu'en monnaie, comme c'est souvent le cas avec l'érosion monétaire et les métaux précieux ou semi-précieux (ex: Louis-or).

Nouveaux francs argent

Retour haut de page

Et puis, en 2002, nous sommes passés à l'Euro et ses propres centimes, en divisant par 6.55957 le francs du 31/12/2001

Euros

Retour haut de page

Conversions, érosion, inflation :

On serait tenté de déduire que nos 50 francs de 1952, sont devenus aujourd'hui 50 (divisés par 100 en 1960) = 0.5 Francs puis divisés par 6.55957 (euro en 2002) = 0,076€
autrement dit que
50_francs_1952 <<< centime_eurocentime_eurocentime_euro
centime_eurocentime_eurocentime_euro
centime_eurocentime_euro
Or, ces 50 francs :

- permettaient d'acheter environ un kilogramme de pain

- et il fallait, pour les gagner, travailler environ 1 heure.
Notons toutefois que le pain
n'est  pas le meilleur exemple
de stabilité, compte tenu des
fluctuations importantes
du prix de la farine en 70 ans.
Aujourd'hui le kg de pain est à environ 4€,
il faudrait 50 fois ce nombre de pièces pour l'acheter,

Mais dans le même temps l'heure nette de travail permet
d'acheter 2 kilogrammes de pain

Mais alors, comment expliquer une telle différence ? Beaucoup de facteurs : l'érosion, l'inflation, les indexations (prix, salaires, SMIG puis SMIC etc...)
En valeurs relatives, en tenant compte de l'inflation et des conversions parallèles :
inflation 50 anciens Francs de 1952  =   67,72 anciens Francs du 31 décembre 1959
- conversion - 67,72 anciens Francs du 31 décembre 1959  =  0,68 nouveaux Francs "lourds" du 01 janvier 1960
inflation 0,68 Francs du 1 janvier 1960  =  5,77 Francs au 31 décembre 2001
- conversion - 5,77 Francs au 31 décembre 2001  =  0,90 Euro (€) au 01 janvier 2002
inflation  0,90 Euro (€) au 01 janvier 2002  =  1,21 Euro (€) au 01 novembre 2019

Explication par les courbes d'évolution des salaires et d'inflation sur cette période :

inflation_50_2019 salaires_50_2019
On peut noter les pics connus, 52, 58, choc pétrolier ...  Il est intéressant de noter l'évolution des charges sociales obligatoires sur le salaire (différence entre les courbes rouge et bleue : de 6 à 22%)
Retour haut de page

Monnaies entre la Révolution et 1950 :

Si vous souhaitez en savoir plus sur les monnaies qui ont précédé la Révolution, consultez Wiki, vous y trouverez les significations et les taux de change : Livre parisis 755-1667, Livre tournois 1203-1795, Franc (à cheval) 1360-1640, Franc (à pied) 1365-1575, Franc d'argent 1575-1641.

Le décime : Papy-Louis en a eu de transmises par ses grands-parents mais il nous est également arrivé d'en trouver en jouant dans le jardin de la maison familiale, nous avions une dizaine d'années et pensions avoir trouvé un trésor !

decimes_an5_an8
Décime de l'AN5
=>1796=>
A= Atelier de Paris
Décime de l'AN8
=>1800
AA= Atelier de Metz
Bonnet phrygien
gravé par Augustin Dupré
La Convention nationale et la loi du 18 germinal de l'an III établissent le franc divisé en 100 centimes, donc système décimal aya,t été à l'origine du nom. Le « décime » n'eut pas beaucoup de succès et ne perdura pas au-delà de 1815. Différentes frappes ont existé. Toutefois, la pièce d'"UN" décime (Bronze, effigie de la République au bonnet phrygien gravée par Augustin Dupré, 20 grammes et d'un diamètre de 30 mm) ayant été frappée à une centaine de millions d'exemplaires, il n'est pas étonnant que nous en retrouvions facilement.
Elle connut différentes mésaventure, dût être convertie, grattée, modifiée sous la Révolution et le début du Directoire. Puis,une réapparition du décime survient vers 1814, de 22 grammes, est frappée tour à tour Napoléon Ier à la fin de l'Empire et pendant les Cent-Jours, et par Louis XVIII lors de la Première et la Deuxième Restauration. Le Décime de Napoléon arbore un N couronné  et celle de Louis XVIII un L couronné entouré de trois fleurs de lys.

Du fait de l'absence de frappes officielles de pièces de monnaie divisionnaire en bronze entre 1816 et 1848, ces pièces eurent cours de façon officieuse (on les toléra pour les échanges quotidiens) jusqu'à la fin de la Seconde République en 1852 quand des pièces de bronze marquées Dix centimes et pesant 10 grammes sont frappées à l'effigie du Prince Louis-Napoléon, futur Napoléon III.
Ce long usage explique la forte usure de presque toutes les pièces parvenues jusqu'à nos jours. (Sce : wiki)

Retour haut de page



Napoléon III :

Les pièces suivantes ont été utilisées par les grands-pères de Papy-Louis puisque sous Napoléon III, deuxième partie du XIXème siècle :
napoleon_III
Pas en très bon état, je vous l'accorde, d'ailleurs une a même été percée...  - 1857, 1864 et une trop usée pour lire la date

Retour haut de page

Retour aux francs de la République :

Monnaies ayant circulé dans les poches de Papy-Louis en première moitié de XXème siècle : Beaucoup de formes et de versions, de métaux différents, percées ou non circulaient de mains en mains et l'expression "les sous" restait utilisée (voir "Le Sou"), quelques exemples  :
 
1903

25 Centimes
PATEY

dia 24 mm
1903_piece 1904

25 Centimes
PATEY

dia 24 mm
1904_piece
1918

5 Centimes
Edmond-Emile Lindauer
dia 19 mm
1918_piece 1938

25 Centimes
Edmond-Emile Lindauer
dia 24 mm
1938_pieces
1939

10 Centimes
Edmond-Emile Lindauer
dia 21 mm
1939_pieces 1948

10 Francs
Pierre Turin
dia 26 mm
1948_pieces

Retour haut de page

Le "Sou" : (plus de détails sur Wiki)

Origine : Le solidus est une monnaie de 4,5 g d'or créée par l'empereur Constantin en remplacement de l'aureus.

Faisant honneur à son nom, la nouvelle monnaie allait gagner sa réputation d'inaltérabilité en traversant presque inchangée le déclin et la chute de l'Empire romain d'Occident.
Sous Charlemagne : le solidus est lui-même divisé en 12 deniers, qui, sauf rares exceptions, reste dans la pratique les seuls à circuler.
Au bas moyen âge, le nom évolue comme le restant de la langue, du latin au français. Solidus va devenir soldus, puis solt dès le xie siècle, puis sol au xiie siècle.
Au xviiie siècle, on adapte l'orthographe du mot : « sol » devient « sou » pour mieux correspondre à la prononciation qui s'était imposée depuis plusieurs siècles.

Le dernier Sou

Mille ans après la réforme monétaire carolingienne, quand la livre tournois cède la place au franc en 1795, sols/sous et deniers disparaissent des bourses. Toutefois, les Français continuent d'appeler sou le vingtième du franc.

Ainsi, la pièce en bronze de 5 centimes était qualifiée de sou (sous la plume d'un Balzac ou d'un Victor Hugo, par exemple), la « pièce de cent sous » voulait dire cinq francs et que l'on appelait aussi « écu » (dans Germinal de Zola). La dernière pièce de 5 centimes, lointain souvenir hérité du franc germinal, est démonétisée dans les années 1940, mais le mot sou continue d'être employé jusqu'en 1960.

Au début du xxie siècle, les Français parmi les plus âgés parlent encore de tel article à six sous de leur jeunesse et, pour eux, cinq anciens francs sont toujours une pièce de cent sous. (wiki)

1918_piece


Retour haut de page

Monnaie de nécessité :

Le concept de monnaie de nécessité remonte à l'Antiquité : on la trouvait déjà à l'époque romaine, où elle côtoie les émissions impériales. Les premiers exemples de monnaie de nécessité modernes apparaissent à la fin du XVIIe siècle quand les conditions économiques et politiques ne sont pas encore stabilisées, différentes initiatives privées supplée l'offre de l'institut monétaire. Durant la Révolution, fleurirent des monnaies de nécessité.

La production de monnaies de nécessité va exploser pendant la Première Guerre mondiale. La principale raison est que les stocks de cuivre et de nickel servant à la fabrication des monnaies, vont désormais aux usines d'armement, d'où l'apparition de bons en papier ou de pièces en métaux pauvres non stratégiques (fer, aluminium) à cours forcé. Après ce conflit mondial, les États vont mettre un certain temps à réorganiser leurs finances et leurs politiques monétaires, les monnaies de nécessité perdurent alors, tandis que l'hyperinflation sévit. (Sce : wiki)

monnaie_de_necessite

« Bon pour 2 francs », pièce en laiton de type Domard.3 émise entre 1920 et 1927 en France, ici 1923.

Retour haut de page

Monnaies particulières :

La période de Vichy a également laissé des traces avec notamment la francisque figurant sur les pièces de l'Etat français et les mentions travail, famille, patrie.
monnaie_40
Retour haut de page


Petit complément : Vous avez probablement lu que pendant la deuxième guerre mondiale, Papy-Louis avait séjourné au Maroc après l'Angleterre et avant la démobilisation de la Marine, en 1940. Il en avait rapporté un Franc de l'Empire Chérifien :

1_franc_maroc_protectorat

Les premières séries de pièces en franc marocain avaient été frappées par la Monnaie de Paris au millésime de 1921. Circule d'abord une pièce en cupro-nickel d'une valeur de 25 centimes, trouée en son centre, ainsi qu'une pièce de 50 centimes et d'un franc en nickel. (Sce : Wiki)

Retour haut de page


cultures alternatives