HOME (retour au Sommaire)   LE  SITE  DE  PAPY  LOUIS  OU  LA  TRAVERSÉE  D' UN  SIÈCLE   HOME (retour au Sommaire)

Retour au Sommaire PAGE DE GARDE DU SITE                                                                                        PLAN DU SITE

L'INCENDIE DU PALAIS DES MARCHANDS
ANGERS
 1936
précédente                              ( PAGE 1 )                             suivante

1880_1936_Palais Le petit courrier
Bas de page, voir photos   AVANT   et    APRÈS

Extraits de Presse des 22 et 23 novembre 1936
(archives site de Papy-Louis) ci-contre :
La Une = >

Mémoire de Papy-Louis (suivre lien) avec Belle Jardinière, Dames de France; Nouvelles Galeries et le Palais des Marchands d'Angers et celui de Cholet !

Les commentaires de Papy-Louis : (suivre lien)

VOIR les pages suivantes 2, 3 et 4  pour suivre en détails cette
semaine tourmentée et relatée dans la presse locale.

Voir aussi, en page 5, un rappel sommaire sur
 le quartier et les Halles d'Angers de 1870 à nos jours.

Clic Clac Tôpette (Page Facebook) nous permet d'en apprendre encore plus
sur la vie de ce quartier avant et après la catastrophe de 1936,
jusqu'à Fleur d'Eau, mais aussi sur l'incendie lui-même.

Extraits (pour des raisons de taille de fichier) de la Chronique :

INCENDIE 1936 ANGERS PALAIS DES MARCHANDS

Mémoire de Papy-Louis et les grands magasins vus vers 1920

Deux fois par an, la mère de Papy-Louis l’emmenait aux Nouvelles Galeries ou à la Belle Jardinière ou encore au Palais des Marchands en passant par Aux Dames de France pour trouver des vêtements en fonction de la croissance et des saisons. Comme bien des années plus tard, ce qui fut le cas pour nous dans les années 1960, nous portions les vêtements déjà portés par des frères ou cousins. Papy-Louis, dans son malheur avait cette chance, nul ne lui transmettait de vêtement puisqu'il n'avait ni frère ni cousin. 

La Belle Jardinière, à l'angle avec le grand théâtre, arborait la mention "Paris" sur ses marquises car cette enseigne avait déjà fait l’objet d’un grand magasin vers 1820 à Paris.

Belle_Jardiniere

Aux Dames de France à l'entrée de la rue Lenepveu, aujourd'hui , la FNAC étaient également une enseigne réputée et sa mère, modeste et économe, aimait néanmoins passer au moins pour voir! 

Dames_de_France
Dames_de_France
Lieux vus depuis rue de l'Espine - identique à source - on reconnaît le pilier du Musée Pincé

(Sources photos : ancienne biblio personnelle et actuelles, google.)

Les Nouvelles Galleries 

"Les Nouvelles Galeries" est le nom d'une chaîne de grands magasins créée en 1897 sous l’appellation « Société française des grands bazars et nouvelles galeries réunis », présente dans les plus grandes villes de France. (wiki)
A Angers, la façade donnait à l'origine sur la rue d'Alsace. Elle était constituée d'une ossature métallique (type Eiffel) suivant ainsi l'architecture haussmanniennede l'époque avec pour modèles les grands magasins parisiens.

Puis deux extensions vont en faire un magasin hors du commun, moderne et vaste : d'abord en 1901 mais surtout dans la période 1919 à 1936 (logue de par les tractations nécessaires : annexion du "petit théâtre" et du grand hotel donnant sur la Place du Ralliement.

Sa particularité intérieure qui reste encore impressionnante à notre l'époque : une vaste trémie centrale ouverte par des balcons sur 3 niveaux !

 Les "Nouvelles Galeries" ont dû se regrouper, pour des raisons économiques avec le Groupe Galeries Lafayette en 1983. 1901, Deux extensions de 1916 puis de 1919 à 1926 avec inauguration  en 1929 .

Comparez les deux illustrations suivantes : (1ère : superbe affiche publicitaire d'environ 3mx2m ! - visible au Musée aux anciens commerces à Doué la Fontaine et la 2ème : cliché Google street)

Nelles_Galeries

Nouvelles_Galleries

Le Palais des Marchands avait vu le jour en 1875 à Angers. En 1880, la croissance de l'entreprise avait d'ailleurs permis d'ouvrir un magasin annexe, spécialisé dans les meubles, également dans la rue Baudrière. Et, chose que nous n'apprîmes qu'en rédigeant cette chronique que ce succès a engendré la création de dix succursales comprenant de nombreuses agences (voir la page vestiges sur la brosse) dans d'autres villes, entre Tours et la côte ouest ! 

Comme ce magasin à Cholet (photo avec autorisation - carte postale conservée au Musée des Anciens Commerces de Doué-La-Fontaine)

Palais_Cholet

C’était, encore en 1920, un événement que d’aller au Palais des Marchands; comme cela en fut un d’aller dans le premier hypermarché de la ville en 1969.

Le magasin couvrait une surface d’environ 6000 m2 au centre même de la ville, à deux pas de la cathédrale.

Il fut, le premier à être électrifié, bien avant 1900 !

La publicité (les réclames de l’époque) fleurissait sur les mur ou, après la guerre, sur des voitures :  Il en avait vu en 1920 sur une voiture à hélice !  (voir CHAPITRE HELICA).

Haut de Page



Commentaires de Papy-Louis :

Ce grand magasin du cœur de la ville d'Angers, détruit en quelques heures ! Bien sur, ce n'était pas le great fire de Londres de 1666..

Mais alors, pourquoi cet incendie a-t-il été ressenti de façon aussi intense par la population angevine (et quand il disait angevine, il pensait Anjou et non pas Angers seulement ) ? 

Simplement parce que c'était un des premiers "Grands magasins" , d'une part et parce que, à l"image du Titanic, à l'exception du nombre de victimes, bien évidemment, ce fut la destruction d'un symbole de ce siècle de développement. Toutes ces nouveautés qui paraissaient , invulnérables, indestructibles. 

A chacune de ces grandes catastrophes, l'homme réalise ... (mais oublie très vite, malheureusement pour les victimes futures mais heureusement pour l'avancée du progrès) qu'il est de plus en plus fort et simultanément de plus en plus vulnérable : Paradoxe du progrès ! 

Il en avait été de même, avec beaucoup plus de victimes au Bazar de la charité, le 4 mai 1897, beaucoup plus récemment, le 28 janvier 1986, au décollage de Challenger ou encore bien d'autres événements. (sans parler - volontairement - des attentats en France ou ailleurs mais qui eux n'ont rien à voir avec quelque forme de progrès...) 

Papy-Louis ne tenait pas à ce que certains pensent qu'il comparait le nombre de victimes du Titanic ou de laCharité avec cet incendie mais il voulait simplement montrer combien est la "surprise" de l'homme à chacune de ces catastrophes qu'il ne "veut" pas imaginer.

Quel dommage ces dommages ! (Avant - Après l'incendie)

Avant l'incendie : Photo d'une gravure du Palais des Marchands représenté tel qu'il était entre les années 1880 et 1910 :

Palais_des_Marchands_1900

Au lendemain de l'incendie : Reproduction d'une photo montrant l'ampleur des dégâts, au coeur de la ville, dont 50 maisons détruites.  
(origine de source inconnue - ces deux copies m'ayant été transmises par le Musée des Anciens Commerces de Doué-La-Fontaine)

Palais_des_Marchands_1936

Haut de Page




Vous êtes le ème visiteur.