RETOUR AU SOMMAIRE DU SITE RETOUR AU PLAN DU SITE

http://harmonynicolefrance.spaces.live.com/

Le 11 novembre il aura 100 ans, venez nombreux le féliciter, merci


Louis a 5 ans, lire la suite sur son site                   Avec tout mon respect et mon affection                     Papy Louis sera centenaire le 11 novembre.

Le centenaire de Papy Louis ou la Traversée d'un Siècle et ma façon de rendre hommage aux poilus

Papy Louis, le cyber Papy, comme il se nomme 

Si malgré toute la douleur physique, j'ai élaboré ce billet
 c'est pour honorer un papy pas comme les autres qui aura

anniversaire 100 ans le 11 novembre 2009 anniversaire

2006

 je cherche sur le net de quoi alimenter mon premier billet sur le 11 novembre et par un heureux hasard je découvre un site extraordinaire auquel j'ai octroyé la palme d'or des sites.    

51ième message Dimanche 12 novembre 2006, à 19H20
Message de Papy Louis Note : 10


Bonjour et félicitations du jeune "cyber papy"
Que du joli travail ... et de l'art; BRAVO
Merci pour m'avoir décerné la "palme d'or" sur votre site. Je suis comblé ! Si vous désirez mettre un lien entre la partie de votre site sur 1914 1918 , n'hésitez pas. Vous disposez de bannières sur la page prévue à cet effet depuis la page de garde de mon site. Ne vous y perdez pas... je suis rendu à  près de 900 pages ! Je voudrais atteindre les 970 pour faire 10 par année d'âge !!
A bientôt , je reviendrai vous voir. (il a tenu parole)
PAPY LOUIS-"Le Site de Papy Louis ou La Traversée D'un Sièclecle"
http://themasq49.free.fr/index_fichiers/PapyLouis.htm

cher papy, je me suis perdue et n'ai jamais été capable de mettre une de vos bannières... 

Avec une grande émotion j'ai relu son premier message, avant d'aller lui souhaiter un bon anniversaire. 

La parole à Papy Louis 
 
Son petit carnet, rapporté à ma mère par un médecin de l'ambulance de Mourmelon, nous livre l'itinéraire emprunté pour rejoindre le front et le récit des quelques jours avant sa blessure mortelle. Le combat pour reprendre le village de Prosnes aux Allemands lui sera fatal.
 
 
 
son père qui décèdera des suites de ses blessures. 
 
En 1920,  j'avais 10 ans, nous sommes allés sur la tombe de mon père. Les souvenirs étaient tellement précis que j'ai pu retrouver mon chemin  ... 81 ans plus tard lors de ma deuxième visite.J'ai découvert les restes de cet enfer : les bois hachés, les maisons pulvérisées, les villages totalements détruits...
 
 
Mais aussi une quantité invraissembleble de matériel, de munitions entassées au bouts des champs etc..
 Des casques, des masques à gaz, d'énormes tas de fil de fer barbelé etc...

 Lundi 11 novembre 1918, 11 heures, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée.

 Au front, les clairons bondissent sur les parapets et sonnent le

 "Cessez-le-Feu", "Levez-vous", "Au Drapeau".

La "Marseillaise" jaillit à pleins poumons des tranchées.

Même soulagement en face, dans le camp allemand.  Pour la première fois depuis quatre ans,  Français et Allemands peuvent se regarder sans s'entretuer.  Un armistice a été conclu le matin entre les Alliés et l'Allemagne, dernière des Puissances Centrales à rendre les armes. Il laisse derrière lui huit millions de morts et six millions de mutilés. Les survivants ont perdu la foi dans les valeurs morales et spirituees qui ont fait la grandeur et l'unité de l'Europe. Mais ils veulent croire que cette guerre qui s'achève restera la dernière de l'Histoire,

la "der des der"...

Louis avait alors dix ans, je vous invite à lire la lettre qu'il a adressée à

  Monsieur Le Président de la République ou  Faut-il débaptiser le 11 novembre "Armistice"

et le nommer "Fête de l'amitié Franco-Allemande"?    

Si cela fait 90 ans que sur le calendrier le Saint du jour a laissé sa place au mot « Armistice »,

cela fait 100 ans cette année que ce même jour correspond, à ma date anniversaire.  

A l’Armistice de 1919, je faisais partie de ceux qui, dans leur famille devenue majoritairement féminine

 au lendemain de la grande guerre, n’ont pas eu envie de clamer leur joie malgré la Paix revenue.

Mais alors me direz-vous, pourquoi ne pas être joyeux le jour de ses 10 ans?

Parce que, contrairement à certains de mes camarades qui retrouvaient les bras de leur cher Papa,

 je comprenais que rien ne serait plus jamais comme avant et que je devrai apprendre à vivre sans.  

PAPY LOUIS A LA UNE

" Je dédie également ce billet à ma Nénain
 qui m'a élevée et si souvent raconté les deux guerres,

 mais surtout, celle de 14-18, dont ses deux frères n'étaitent pas revenus. 

Nénain avait environ l'âge de votre père, cher papy Louis.

Elle avait un carton rempli de photos, couleur sépia, représentant des gens que je ne connaissais pas et qu'elle nommait en me racontant leur vie.

Il y avait des photos de mariage, des militaires, ses frères, sa fille Hélène que l'on avait photographiée morte, oui cela se faisait alors. Elle m'apprit pourquoi ma maman se nommait Hélène, en mémoire de cette enfant morte en bas âge.

 J'entrais dans un autre monde en ouvrant cette boîte, remplie de son passé. Lorsque Nénain s'en est allée là haut, j'aurais aimé pouvoir garder ce carton "magique", je n'étais que son arrière petite fille et cela ne m'a pas été permis (on jalousait beaucoup l'amour immense qu'elle me portait). 

 Pendant les 18 années que j'ai passée auprès d'elle, j'ai vu sur son buffet des obus, "travaillés" par les poilus.

Oui dans l'horreur de la guerre est né

 "l'Art des tranchées"

(vous reporter au billet de 2007 et à l'album de photos pour plus d'images et d'informations).

C'est avec une grande émotion que j'ai collecté et regardé ces objets les plus divers, façonnés à partir de matériaux improvisés qui tombaient sous la main : étain, laiton d'obus, aluminium. Ces objets grossièrement artisanaux étaient conçus soit pour une utilisation quotidienne, soit en tant que cadeaux a envoyer chez eux, ou encore juste pour parrer à l'ennui de la vie des tranchées.

Les cuillères à absinthe ont été fabriquées uniquement pendant les premiers mois de la guerre, par la suite, la boisson fut interdite.

L'exemple ci-dessus, est un objet extrêmement rare, particulièrement habile et créé à partir de laiton pris sur les tubages d'obus. Le soldat a gravé ses initiales PB, sur le manche, et les trous perforés forment la date 1914. 




Cette boîte en ferraille sert de tabatière, le poilou a gravé l'endroit ou il a combattu : bois d'Ailly, sur la boîte. Des fleurs de muguet y sont gravées, ces fleurs poussent en avril, on peut donc supposer qu'il a combattu au printemps. 

 

 Douilles d'obus travaillées  "Verdun", "La Somme", "Le Chemin des Dames", "Ypres",

"Souvenir de la Guerre", "à mon amour"...sont très souvent les inscriptions qui reviennent.

                   

 

 

 

  avion de type Godron

 

peigne à poux

 

 

couteau 

 

 

 

 

 

 

 

 

crucifix en éclats d'obus, monté sur ogive

 

 

   

 

  

 

coupe papier réalisé par un poilu italien

 

  

 

objets divers

  

 

 

beau travail sur un briquet, souvent le poilu frabriquait son briquet à l'aide d'un kit

  

 

 

Hélas

ce ne fût pas la DER des DER.... 

Image Hosted by ImageShack.us 

 

 Cher Papy Louis

UN GRAND MERCI,

 pour nous, pour vos aïeuls à qui vous rendez un magnifique "devoir" de mémoire,

ils peuvent être fiers de vous, tout comme votre descendance.

Je viens de recevoir votre mail, auquel je vais répondre bien entendu,

en vous donnant mon avis comme vous me le demandez, sur votre lettre au Président. 

 J'espère que nous serons très nombreux a venir vous souhaiter un 

 

 
 
 
 
 
 



cultures alternatives