RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL                            RETOUR AU PLAN DU SITE



17 ans : Autoportrait avec mon premier appareil à plaques.

CHEZ  L' ONCLE  ANDRÉ  -

 

Au 1er Novembre 1925, j’ai commencé à travailler en pépinières chez mon Oncle  aux arrachages et emballages des plants et rosiers. Je rappelle ici que mon Oncle était en quelque sorte mon tuteur puisque mon père était décédé en 1914, à la guerre. Il faisait du commerce de plants fruitiers et de rosiers et, à la sortie de l'école d'horticulture, la logique fit que je commençais à travailler avec lui. De la Toussaint à Mars la quantité de travail nécessitait des employés saisonniers en plus du personnel habituel. En mars 1926, nous avons planté des boutures de cognassiers et rosiers et des petits plants de poiriers, pommiers et cerisiers issus des graines et pépins mis en stratification et semés au printemps en sable de Loire (spécialité  qui revenait, dans l’équipe, à Auguste Fisson père de Gustave qui travailla chez moi 45 ans plus tard ….).

L’entretien et l’arrosage de ces plants d’un an pour les trier, les mettre en petits paquets de cent et en faire des expéditions en gros ballots pour la France et dans des grandes caisses pour le Canada via Le Havre et  New York (commerce outre-atlantique établi par mon grand-père, avant 1900, pionnier à son époque - voir page "mon enfance" -).  Les plants que nous emballions dans ces caisses garnies de forts cartons pour ne pas geler dans les transports étaient mis par couches garnies de mousse des bois humide remplacée par la suite par du « spagnum » ou sphaigne à savoir de la mousse des marais que nous allions chercher en Brière car la mousse des bois aurait été à l’origine de contamination par des champignons ou insectes. Ces caisses pesaient, d’après les espèces de plants, de 300 à 400 kilogrammes ; elles mesuraient 80 cm au carré sur 2 mètres 30 hauteur et étaient cerclées de feuillards pour résister à toutes les manipulations (étant chargées sur camions, plate-forme du train « le petit Anjou » et le « grand train » pour le Havre, le bateau pour l’Amérique et reprise ensuite de New York au Canada.

Camion américain réformé de 1918 Boutures de cognassier chez mon oncle André

Personnel chez mon oncle André

Caisses de plants sur le quai de la gare
cultures alternatives